Timbi Madina (Pita) : le chef du centre de santé réclamerait 30 000 pour signer un document

Pita, préfectureLe chef du centre de santé de Timbi Madina, une sous préfecture de Pita, est mis en cause dans une affaire d’escroquerie. Des agents communautaires de cette localité, principalement des diplômés sans emploi, recrutés pour les travaux de la collecte journalière des données sur les visites à domiciles post moustiquaires, accusent leur chef de centre de santé, Dr. Amadou Sara Bah, d’avoir réclamé par agent, 30 000 GNF sur leurs primes perçues après l’exécution de l’activité, ont confié à Guineematin.com, certaines victimes qui auraient refusé de s’adonner à cette pratique.

Selon des agents communautaires qui ont échangé avec Guineematin.com, le chef du centre de santé aurait conditionné l’appoggiature de sa signature sur les documents fournis par ces agents communautaires, à un montant de 30 000 francs guinéens par personne. Un montant que les 46 agents communautaires devraient chacun  soustraire des 400 000 francs guinéens de leurs primes qui leur ont été attribuées en contre partie des 5 jours d’activités réalisées.

« Il fallait sensibiliser 25 ménages chaque jour ; et, ce, pendant 5 jours. Par jour, on est payé à 80 000 fans guinéens, ce qui fait un total de 400 000 francs guinéens pour les 5 jours. Après la réalisation de l’activité, ils nous ont demandé de nous rendre au centre de santé pour le paiement parce que c’est là-bas que la supervision est basée. A cet effet, on venait avec nos documents dont ils vérifiaient l’authenticité avant de procéder au paiement de nos primes. Le jour de notre paiement, vu que sur les fiches, il y a une partie où le chef du centre de santé doit apposer sa signature, il réclame 30 000 frangs guinéens pour cette signature. Dès que tu es payé, il te demande ‘‘où est ma part ?’’ », a accusé Mamadou Saliou, l’un des 46 agents communautaires.

Dans cette affaire, il n’y a pas que Dr. Amadou Sara Bah qui est indexé. Des femmes qui travaillent dans le même centre de santé sont également citées. Ces dernières seraient des complices qui réclameraient les 30 000 GNF aux agents que le chef du centre n’aurait apparemment pas pu convaincre.

« Il est avec ses complices femmes qui travaillent aussi au centre de santé. Ensemble, ils réclament les 30 000 GNF. C’est le chef du centre qui commissionne ces femmes de venir nous réclamer l’argent. Car, lui, il n’a pas pu le faire pendant le paiement. Même hier matin, une de ses complices m’a appelé à trois reprises me demandant d’envoyer la part du chef. Mais, je n’ai pas cédé », a précisé Mamadou Saliou, qui précise par ailleurs que 2/3 des agents ont déjà versé ce montant. « L’autre tiers auquel j’appartiens a exprimé un refus catégorique à cette escroquerie. Mais, cela suscite assez de disputes ».

Un autre agent communautaire qui a requis l’anonymat, a confié à Guineematin.com que le chef du centre de santé, est un récidiviste. Une raison qui les aurait poussé à le dénoncer « Trop c’est trop ! Ce n’est ni la première fois encore moins la deuxième. Donc, cette fois-ci, on a décidé de le dénoncer », dit-il.

Joint au téléphone par la rédaction régionale de Guineematin à Labé, le chef du centre de santé de Timbi Madina, Dr. Amadou Sara Bah, ne s’est pas prêté à nos questions. Il a dit être en réunion sur ce sujet et a demandé à être recontacté plus tard.

A noter que cette réunion entamée depuis hier, vendredi 10  juin 2016, est déjà perçue par certains agents communautaires comme une action d’intimidation. A cause d’elle, certains, sous l’effet de la peur et qui étaient au début opposés à cette escroquerie, auraient finalement décidé de céder.

Affaire à suivre !

De Labé, Yayé Aissata Diallo pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 03 66 65

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS