L’opposition se déchaîne : « l’UFDG est rempart à la dérive dictatoriale du Prof Alpha Condé », dit Makanéra

oppositionComme nous l’annoncions précédemment, les principaux adversaires du régime Alpha Condé étaient devant la presse, ce lundi 27 juin 2016. L’objectif était de faire un point sur l’actualité Sociopolitique de notre pays, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Introduisant la rencontre, Aboubacar Sylla s’est dit inquiet de la situation actuelle de notre pays, notamment la caporalisation, par le régime d’Alpha Condé, de tous les principes et piliers qui fondent l’existence même de la Guinée. Ainsi, il a dénoncé entre autres le déroulement du processus électoral qui fait son chemin en l’absence de l’opposition, le manque de débat au niveau de l’Assemblée nationale, qu’il dit être un prolongement du pouvoir exécutif.

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, laisser l’autocratie se transformer en dictature, laisser ce processus électoral nous prendre en otage, laisser les institutions républicaines être totalement piégées, inféodées à l’exécutif. Donc, nous avons décidé de reprendre nos manifestations sur les places et les voies publique, comme nous y autorise notre Constitution, afin de nous faire entendre et montrer à l’opinion nationale et internationale que les guinéens sont en désaccord avec la façon dont le pays est géré », a expliqué le porte parole de l’opposition.

Aboubacar Sylla a accusé Alpha Condé de violation récurrente de la constitution guinéenne, car sachant pertinemment que seul la Haute Cour de Justice est compétente à le poursuivre, mais qu’il refuse depuis maintenant 6 ans de mettre en place. Également, Aboubacar Sylla, en plus  de la justice guinéenne qu’il a accusé d’être aux ordres de l’exécutif, a fustigé la gabegie financière à laquelle s’adonnent des hauts commis de l’Etat. Toute chose qui fait que la population se trouve dans la misère, selon le président de l’UFC : « Jamais la gabegie financière n’a été organisée dans ce pays comme ça se passe maintenant. Les marchés gré à gré, des montants faramineux attribués aux proches du Président de la République, on est à près d’un milliard dépensé entre 2014 et 2015 », accuse  Aboubacar Sylla.

Pour sa part, Elhadj Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition, a rappelé qu’ils vont  désormais changer de stratégie, en dénonçant par voie de presse les nombreuses violations de nos lois, le non respect des accords de 2014 et de 2015 par le régime du Président Alpha Condé. « Vous pensez qu’on va aux manifestations parce qu’on a du plaisir ? Le coup est extrêmement élevé pour nous ! Pour nos militants… », a rappelé l’opposant, avant d’expliquer ce qui les oblige à sortir manifester : « à l’Assemblée, on refuse systématiquement le débat, les projets introduits par le gouvernement, on doit les ratifier sans délais et sans débat… C’est si on veut ou si on ne veut pas ; sinon, ils ont la majorité nécessaire, donc pas de débat ! », a dénoncé le chef de file de l’opposition guinéenne, citant la convention avec Rusal, introduite la veille du voyage d’Alpha Condé à Moscou, empêchant les députés de l’opposition de parcourir le document.

Par ailleurs, répondant à la question d’un journaliste sur la levée de son immunité qui aurait été déposée au bureau de l’Assemblée nationale par les avocats de Bah Oury, Cellou Dalein Diallo dit que cette démarche de son ex-vice Président n’est qu’une manifestation de la haine et de l’inculture.

De son côté, Alhousseny Makanera Kaké, ex-ministre de la communication, a qualifié l’UFDG de véritable rempart à la dérive dictatoriale du Professeur Alpha Condé. « J’ai dit au Président Alpha Condé devant témoin, la gabegie financière actuelle de notre régime, dépasse de loin le temps de Lansana Conté. Demandez à Fofana, qui est chargé des relations avec les institutions ! Notre objectif aujourd’hui c’est quoi ? C’est amener la population à comprendre que le pouvoir là est pour eux, et donc ils ont la possibilité de changer quand ils veulent. Mais, s’ils ne veulent pas, ça ne changera pas » a t-il dit, invitant les médias à les accompagner dans cette lutte.

De retour de la MDP, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS