TPI KaloumDans la matinée de ce mercredi 29 juin 2016, le tribunal de première instance (TPI) de Kaloum vient de se déclarer incompétent pour connaître de la plainte de trois femmes de l’opposition guinéenne contre trois officiers (de la police et de la gendarmerie) et le gouverneur de la ville de Conakry, a appris Guineematin.com sur place.

Evidemment déçus de cette décision, après plusieurs rendez-vous manqués (depuis avril), les avocats de la défense ont annoncé qu’ils vont interjeter appel de cette décision. Mais, la partie civile reste confiant que même cet appel n’aura pas de chance de succès…

A rappeler que ce sont Hadja Fatoumata Maréla Baldé de l’UFDG, Hadja Fatoumata Bangoura du parti PUSG et Hadja Fatoumata Batouly Diallo de l’UFC) qui ont porté plainte contre trois officiers guinéens. Le commandant Mouctar Aguibou Tall (de l’escadron  numéro 1 de Kaloum), le colonel Sékou Mara (directeur national adjoint des services de police), et le commissaire Boubacar Kassé (directeur régional de la police de Conakry).

Femmes de l'opposition

Manifestation des femmes de l’opposition, image d’archive

Les plaignantes reprochent à ces officiers de les avoir faites bousculer, repousser et maltraiter, les empêchant d’exercer leur droit constitutionnel de manifester, alors que la marche avait été autorisée par les autorités communales de Kaloum, le mardi 19 avril 2016, au centre ville de Kaloum.

Egalement dans le collimateur de ces opposantes, le gouverneur de la ville de Conakry, le général Mathurin Bangoura, a reconnu d’avoir donné l’ordre d’empêcher la manifestation (légale et autorisée) de ces femmes.

Mais, pour le moment, la justice guinéenne n’a pas décidé de dire si ce comportement des officiers et du gouverneur est juste ou injuste…

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo (actuellement au tribunal) reviendra sur cette information pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin