Monsieur Gerardus GIELEN, chef de la délégation de l’Union Européenne en Guinée

Monsieur Gerardus GIELEN, chef de la délégation de l’Union Européenne en Guinée

Dans la matinée de ce jeudi 30 juin 2016, le chef de la délégation de l’Union Européenne en Guinée, Gerardus GIELEN, s’est prononcé sur certains sujets d’actualité notamment, l’impact du référendum britannique sur l’avenir de l’UE et sur les pays africains, l’aide au développement de l’UE à la Guinée, la sortie annoncée de notre pays de la liste des pays non coopérants en matière de pêche INN, les résultats des audits sur le détournement de la subvention que l’UE avait accordée à la société civile guinéenne, mais également le non respect des accords politiques, les manifestations annoncées par l’opposition après le Ramadan, etc. C’était en faveur d’une interview accordée à certains médias privés dont Guineematin.com, au siège de l’institution.

Pour ce qui est du référendum britannique, l’ambassadeur Gerardus GIELEN a dit qu’il suit l’évolution de la question. « On respecte le principe de la démocratie. Le peuple Britannique a fait un choix pour exprimer une préférence de se retirer de l’Union européenne. C’est un choix que nous respectons, même si on avait préféré que le Royaume-Uni reste membre de l’Union européenne », a-t-il dit.

Mais, le chef de délégation de l’Union européenne en Guinée a bien précisé qu’on n’est pas encore dans une situation de divorce. « Nous attendons que le Royaume-Uni notifie officiellement au conseil européen sa volonté de se retirer de l’Union européenne. Cette notification n’a pas encore eu lieu. Le retrait se fait sur la base des traités qui sont prévus dans l’Union. Nous attendrons ensuite les négociations entre le Royaume-Uni et les 27 autres membres pour déterminer la nature des relations qui vont exister. En attendant, le Royaume-Uni est un membre à part entière de l’Union européenne», a-t-il  précisé.

Sur ce qui va changer dans l’avenir de l’UE si cette rupture se confirmait, l’ambassadeur souhaite plutôt un partenariat proche entre le Royaume-Uni et l’UE : « L’Union restera l’Union ! Et, les 27 autres Etats membres ont bien affiché hier, lors du sommet de Bruxelles, leur volonté de construire l’Europe ensemble. Comme je viens de le dire, on entre dans un processus de négociation qui déterminera les relations entre le Royaume Unis et l’Union européenne. Nous souhaitons que le Royaume-Uni reste un partenaire très proche de l’Union européenne dans l’avenir. Mais, cela dépendra du résultat des négociations ».

Quel impact du BREXIT sur les pays africains ?

Gerardus GIELEN, chef de la délégation de l’Union Européenne en Guinée« Je ne vois pas trop d’effets. Les 28, y compris le Royaume-Uni, ont pris des engagements sur leur aide économique au développement. Peu importe quel instrument, quel mécanisme est utilisé pour mettre en œuvre cette aide. Personnellement, je ne crains pas une réduction de l’aide. C’est un peu tôt de le savoir justement. Comme je l’ai dit, on entre dans une période de négociation et on va voir ce que ça va donner. Quelle forme de partenariat il y aura entre le Royaume-Uni et les 27 ».

Interrogé sur le mécanisme de choix des exécutants des projets et programmes de l’Union européenne en Guinée, ainsi que du rôle que joue l’Union dans ce processus, l’ambassadeur a parlé de certaines modalités sur lesquelles se base l’Union Européenne. « Dans le choix des opérateurs, nous regardons domaine par domaine les résultats que nous voulons atteindre et quel est le meilleur moyen pour atteindre ce résultat. Nous avons une panoplie de modalités, soit à travers le gouvernement lui-même, soit aussi en tenant compte des consultations, des montants des marchés, de l’importance des contrats. Nous pouvons aussi passez par d’autres opérateurs qui n’ont pas une gestion directe avec la délégation », a-t-il cité entre autres.

Mamadou Alpha Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41  

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin