Docteur Maurice BéavoguiL’hôpital préfectoral de Télimélé, située en plein cœur de la commune urbaine entre la direction préfectorale de l’éducation et le grand marché est depuis longtemps confronté à d’énormes difficultés dans le traitement efficace des patients et cela par le manque cruel de médicaments et de personnels, a constaté Guineematin.com à travers son envoyé spécial dans la localité.

Classé dans la catégorie C des hôpitaux de la République de Guinée, l’hôpital préfectoral de Télimélé a pour mission de prendre en charge les premiers soins, autrement dit les urgences. Mais, il se trouve que même pour ces urgences, l’hôpital a du mal à faire les traitements appropriés à cause de l’indisponibilité des médicaments adéquats.

« Comme tous les hôpitaux, le premier problème est le manque de médicaments. Ce problème est entier parce que la prise en charge des patients est en fonction de la disponibilité des médicaments. On a des médicaments ; mais, c’est insuffisant », a dit à l’envoyé spécial de Guineematin.com le directeur de l’hôpital préfectoral de Télimélé, docteur Maurice Béavogui.

Concernant l’approvisionnement en médicaments, Docteur Béavogui a demande de l’aide : « on a besoin du soutien de la part des ressortissants, du gouvernement et des personnes de bonnes volontés. L’approvisionnement de l’hôpital se fait soit par l’Etat, à travers des institutions comme l’UNICEF, l’UNFPA ou autres, soit par les recettes propres ».

TéliméléSur la mobilisation des recettes également, des difficultés se font sentir. Ebola a « chassé » les patients et les citoyens cherchent d’autres moyens de se soigner : « Si vous voyez les statistiques de l’hôpital, vous vous rendrez compte de la faible utilisation de l’hôpital. Avant Ebola, la fréquentation était importante. Mais, depuis lors, nous n’arrivons plus à couvrir nos dépenses internes en achat de médicaments et autres », a déploré le directeur de l’hôpital préfectoral.

Pourtant, Docteur Béavogui Maurice dit avoir des médicaments pour la prise en charge des urgences, comme par exemple des accidentés, des malades d’appendicite aiguë, d’occlusion et autres. Mais, pour des maladies cardiaques, les fractures ouvertes compliquées et autres sont toutes différées.

Là où le bas blesse, dans toute la préfecture de Télimélé, il n’y a aucune pharmacie ! Les seuls lieux où on peut trouver des médicaments à part l’hôpital ou les centres de santé, c’est au marché ou dans certaines boutiques.

A ce problème, s’ajoute le manque de personnel. Aujourd’hui, le constat révèle que dans toutes les préfectures de la Guinée, surtout les plus enclavées sont en manque de personnels soignants dans les structures sanitaires. Donc, l’hôpital préfectoral ne fait pas exception à cette règle. Et, cela impacte sérieusement la capacité de l’hôpital à prendre en charge tous les cas de maladie qu’il enregistre.

Une autre et sérieuse difficulté de l’hôpital préfectoral de Télimélé est le nettoyage. Docteur Maurice Béavogui réaffirme la ferme détermination de rendre sa structure sanitaire propre et saine.

Les besoins sont multiples et variés et la propreté est un facteur important dans la préservation de la santé. Pour cela, le directeur préfectoral de l’hôpital de Télimélé lance un appel à l’endroit des ressortissants, du gouvernement et aux personnes de bonnes volontés pour leur venir en aide.

Selon docteur Béavogui, c’est le comité d’hygiène qui se charge de superviser les différents services dans le cadre du nettoyage. Chaque service est chargé d’assurer l’assainissement dans ses locaux. « Mais, c’est la direction avec ces maigres moyens qui se charge d’acheter les détergents et les équipements nécessaires au nettoyage », dit-il.

De Télimélé, Mamadou Mouctar Barry, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 621607907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin