Audience à Sékhoutouréya: l’UE promet 15 milliards d’euros à l’Afrique

Alpha condéDans la matinée de ce lundi 25 juillet 2016, le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé, a reçu en audience Stéfano Mauservisi, Directeur général de la coopération internationale et du développement de l’Union européenne, Felice Zaccheo, chef d’unité adjoint énergie et changement climatique auprès de l’Union européenne. Egalement, il y avait Jean Luis Borloo, ancien ministre français, la ministre guinéenne du Plan et de la Coopération internationale, Hadja Kanny Diallo et Chantal Colle, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était à la présidence.

Au sortir de cette audience, ces personnalités ont répondu à quelques questions des journalistes présents. S’adressant aux journalistes, monsieur Stéfano Mauservisi, a fait savoir que « l’UE est dans la logique d’un partenariat Afrique/Europe pour l’électrification du continent ».

Dans l’introduction de son hôte de marque, le président guinéen, Alpha Condé, en sa qualité de leader africain des énergies renouvelables, (titre qu’il doit à ses pairs de l’Union africaine),  a rappelé les promesses européennes de « financer jusqu’à trois milliards d’Euros par an sur le continent, les projets d’énergie renouvelable et pendant cinq ans », soit d’ici l’an 2020.

Alpha Condé La condition, a rappelé l’expert européen, est « la mise en place d’une gouvernance » à travers un comité de pilotage qui va intégrer des mécanismes publics-privés et offrir aux populations africaines la possibilité d’accéder au courant électrique. L’Afrique où 8 sur 10 citoyens n’ont pas accès à cette denrée en ce 21ème siècle.

Cet engagement européen, selon l’expert, fait suite à l’appel lancé par les leaders africains lors du sommet de l’Union africaine tenu à Kigali en début de ce mois.

Mais, parallèlement à cet engagement d’accompagner le continent à produire de l’énergie renouvelable et propre à partir de l’hydraulique, l’éolien et du solaire, il est permis à l’Afrique d’utiliser les énergies mixes.

Alpha Condé a rappelé que les énergies fossiles (comme le thermique et le nucléaire) utilisées ailleurs ne seront pas systématiquement interdites en Afrique, mais l’idéal est d’aller vers les énergies renouvelables. Et à ce titre, le Président guinéen, entant mener le leadership sur le continent afin de lui donner les installations énergétiques nécessaires à son développement.

Conscients de l’écart entre les annonces et la disponibilité des fonds, les journalistes ont interpellé M. Stéfano Mauservisi, accompagné de M. Felice Zaccheo, chef d’unité adjoint énergie et changement climatique auprès de l’Union Européenne, sur la question. Le Chef de délégation jure sur tous les toits que « l’Afrique peut bénéficier de ce financement le plus rapidement possible ». Avant de promettre qu’à « partir d’aujourd’hui, c’est le changement de vitesse ». Des pays comme la Chine et l’Inde seront mis à contribution comme le géant américain et le Canada, en Amérique du Nord.

Alpha Condé et Jean Luis BorloPrésent à la rencontre, Jean Luis Borloo, ancien ministre français et directeur du département des énergies renouvelables en Afrique a expliqué au journaliste de Guineematin.com, qu’il faut dans les 14 années à venir, 50 milliards d’Euros de financement pour combler le vide énergétique en Afrique.

Rappelons que la Guinée, considérée comme le château d’eau d’Afrique de l’Ouest, regorge d’un potentiel hydro énergétique estimé à 6 000 MW ; de quoi électrifier pratiquement toute la région…

De retour de la présidence, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : +224 628 089 845

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS