Tribunal de première instance de MafancoLe Tribunal de Première Instance de Mafanco était hier, lundi 8 août 2016, sur le dossier du Serbe, Tesic Predrac, poursuivi pour abus de confiance par Hassan Conté, directeur général de l’usine militaire du Camp Alpha Yaya Diallo, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Ces  faits remontent au 05 avril 2010, lorsque Hassana Conté, a conclu un contrat de 945 000 euros avec le  Serbe Tesic Pedrac,  pour que ce dernier fournisse à la Guinée sept hangars préfabriqués pour les MIG (avions furtifs de l’armée de l’air). Pour commencer  le contrat,  une somme de 205 mille euros a été remise à Pedrac pour le début d’exécution du contrat.  Et, depuis qu’il a reçu  ce montant, il a disparu, en coupant tous ses contacts.

Selon Maître Gabriel Kamano, l’avocat de la partie civile, après sa disparition, il a été recherché par la police et la gendarmerie guinéenne, puis par  Interpol ! Et, par après, ils ont appris que ce serbe était à Bamako. Mais, pour mettre main sur lui, explique l’avocat, il a fallu que Hassana Conté le contacte de nouveau pour lui dire qu’il a un autre marché qui est « celui de fournir des  matériels d’armes à la République du Mali. C’est ainsi qu’il est  venu en Guinée, et on a mis main sur lui », a-t-il dit.

L’avocat dit que cet étranger a  détourné ce montant à son profit, sans expédier les 7 hangars, ni les accessoires, ni le montant qu’il n’a d’ailleurs pas nié d’avoir reçu. « Cela veut dire qu’il y a eu détournement. C’est pourquoi  monsieur Pedra est sous le coup du délit d’abus de confiance. Et, nous réclamons principalement 205 275 euros et 1 milliard de franc guinéen au titre de dommages et intérêts », a demandé au tribunal maître Kamano.

Le ministère public, par la voix du procureur, Lazare Mamady Bauré,  dit que les éléments d’abus de confiance sont établis. Il a fait remarquer que lorsque Predrac a reçu la somme de 205 mille euros, il a usé de ces montants à sa guise sans les hangars préfabriqués, ni les accessoires.

C’est pourquoi, a-t-il laissé entendre : « en application des articles 433 du code pénal et 790 du code de procédure pénale, je requiers 2 ans de prison assortis de sursis et 500 mille francs guinéens d’amende. Et, la restitution intégrale de la somme à Hassana Conté ».

L’avocat de la défense, Maître Macky Touré, dit ne pas comprendre comment quelqu’un peut engager l’Etat pour des hangars,  avec une somme de 90 milliards 450 millions de francs guinéens sans Appel d’Offres. « C’est impossible », martèle l’avocat. Dans ses arguments, il dit qu’en 2010, l’usine militaire ne fonctionnait pas. Et, même le plaignant, Hassana Conté, « n’est pas guinéen. Il a seulement un passeport guinéen », a-t-il dévoilé.

A en croire la défense, au sens de l’article 4 du code de procédure pénal,  cette affaire est déjà prescrite, car les faits se sont déroulés en 2010.

Bref, le tribunal a fixé la prochaine audience au lundi 26 septembre prochain.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/ 664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin