Moussa Yéro BahCe lundi 15 Aout 2016, le Premier ministre guinéen, Mamady Youla, était l’invité de nos confrères de la radio Espace, à l’occasion de leur première émission des Grandes Gueules de la saison. Et, c’est la première fois dans l’histoire de la Guinée qu’un Premier ministre se déplace vers un média privé pour répondre aux questions des journalistes.

Egalement enthousiasmé par cette rentrée, Guineematin.com a dépêché deux de ses reporters à la « Maison Espace ». Cela nous a permis, non pas de parler avec le Premier ministre, mais de parler avec ceux qui ont parlé avec lui. « C’est une avancée , il faut s’en réjouir», reconnait Moussa Yéro Bah, l’unique femme du groupe.

Décryptage et vidéo de notre entretien avec madame Moussa Yéro Bah :

C’est une satisfaction. Vous l’avez dit, c’est une première qu’un Premier ministre, chef de gouvernement, vienne dans le studio de la radio Espace en particulier, et vers  un média privé en général. Ça veut dire qu’il y a une certaine liberté de la presse, il y a une avancée dans le pays.

Vous avez suivi, on a fait un tour d’horizon de l’actualité politique et économique sans tabou. Je pense qu’il faut se féliciter. Les médias guinéens peuvent faire beaucoup de choses ; mais, ça dépend de notre combativité sur le terrain. Il ne faut jamais baisser les bras. Dire que oui parce qu’on a frappé à telles portes ils ont refusé d’ouvrir, donc il faut baisser les bras ; il ne faut jamais le faire. Ça veut dire que nous pouvons toujours avoir accès à l’information. Il faut juste savoir frapper à la bonne porte.

Je pense qu’il est possible que le Premier ministre se déplace vers un autre média privé, il suffit que les médias s’organisent, se mobilisent et mettent en avant un certain professionnalisme. On ne doit pas baisser les bras, on doit continuer parce que nous sommes chez nous. De toutes les façons, ce sont nos dirigeants. Ils ont intérêt à parler avec nous pour mettre à portée du peuple guinéen comment ils gèrent le pays, comment ils font pour que ça marche, qu’est ce qui va et qu’est ce qui ne va pas. C’est à nous de faire une certaine négociation, du lobbying pour aller vers eux pour qu’ils sachent qu’on est là pour relayer la bonne information, pour donner au peuple ce qu’il faut.

A partir de maintenant, la population saura que oui en Guinée le Premier ministre est prêt à s’adresser à elle. C’est un premier pas ; déjà, on le sait, avec les anciens Premiers ministres, ce n’est pas courant. Ça veut dire que c’est possible d’en avoir plus.

C’est une avancée pour la démocratie dans notre pays. Déjà, ça se fait ailleurs. Quand les choses se passent au fur et à mesure, au quotidien, au fil du temps, les gens communiquent que ça soit dans les médias publics ou privés. Mais, si aujourd’hui c’est une première, il faut s’en réjouir, c’est une avancée.



Entretien réalisé par Mamadou Diouldé Diallo et Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin