MamouTrois présumés auteurs de l’attaque qui a eu lieu le samedi dernier à Sokotoro, dans la sous préfecture de Saramoussaya, préfecture de Mamou ont été mis aux arrêts dans la nuit d’hier à aujourd’hui, mercredi 24 août 2016, dans le quartier Loppet par le groupement de la gendarmerie territoriale de Mamou à travers la brigade mobile numéro 12, a appris Guineematin.com de source locale.

En effet,  c’est la nuit du samedi au  dimanche 21 août 2016, aux environs d’une heure que l’attaque avait eu lieu sur une voiture en provenance de Conakry pour la Haute Guinée. Avec l’aide des passagers, le chauffeur du taxi avait eu raison sur un des assaillants qui avait d’ailleurs perdu la vie après une bastonnade. Les deux autres assaillants avaient eux réussi à prendre la fuite sur une moto.

D’enquête en enquête, les deux autres assaillants et le cerveau présumé des attaques qui se font aux alentours de Mamou ont été retrouvés par les agents de l’escadron mobile numéro 12. C’est le téléphone portable du premier assaillant tué qui a servi de repère pour leurs interpellations et également la collaboration de certains citoyens.

Un coup de filet réussi grâce à l’implication effective du commandant du groupement de la gendarmerie territoriale de Mamou, Colonel Bienvenu Lamah et du commandant de l’escadron mobile numéro 12, Colonel Aboubacar Sampil.

« L’opération a été dirigée par le commandant du groupement, et moi même. Grâce à la collaboration des citoyens de Saramoussaya, on a pu arrêter le patron du réseau, nommé Bobo. Les deux autres assaillants ont été arrêtés dans le quartier Loppet. On a trouvé des bazins, des téléphones de luxes et autres objets de valeur avec eux. Et, le paradoxe, l’assaillant tué et ceux qui étaient arrêtés hier portaient les mêmes chemises », a expliqué à Guineematin.com le commandant de l’escadron mobile numéro 12 de Mamou, Colonel Aboubacar Sampil.

Il se trouve que Bobo, le patron du réseau avait été plusieurs fois intercepté, jugé, condamné, puis libéré par la justice de Mamou. Cette fois encore, c’est grâce à la population de Saramoussaya qu’il a été mis aux arrêts.

Les deux autres assaillants, Alhassane Bah et Mamadou Aliou Sow, tous mariés et résidants au quartier Loppet, dans la commune urbaine de Mamou sont désormais entre les services de la gendarmerie pour des fins d’enquête.

Le commandant de l’escadron mobile numéro 12 de Mamou, le Colonel Aboubacar Sampil n’a pas manqué de remercier la bonne collaboration des citoyens de Saramoussaya et de Mamou qui ont activement participé à la réussite des enquêtes.

Aujourd’hui, il revient à la justice de paix de Mamou de jouer sa partition dans cette affaire. Si des présumés auteurs d’attaques sont déférés dans ses mains, c’est à elle de juger et condamner les véritables coupables enfin que ce phénomène disparaisse de notre société.

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621607907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin