KindiaUn réseau de coupeurs et importateurs de bois est tombé dans les filets de la brigade en charge de la protection des forêts de la préfecture de Kindia cette semaine, a constaté Guinéematin.Com, à travers son correspondant local.

Alors que le débat fait rage  en Guinée sur l’interdiction de la coupe abusive et de l’importation du bois par le gouvernement, un réseau  de coupeurs et d’importateurs de bois a été appréhendé à Kindia. C’est avant-hier, lundi 22 août 2016, que ces trafiquants de bois ont été interpellés par les éco gardes de la section préfectorale des eaux et forets, dans le district de Sèguèyah, situé à 7 kilomètres  de la commune urbaine, a-t-on rapporté.

 Selon des informations confiées à Guineematin.com, c’est un groupe constitué de plusieurs jeunes de ce district qui a été surpris par les agents de l’éco garde avec un camion rempli de 24 billes de bois, aux environs de 2 heures du matin, le lundi. Trois d’entre eux ont été conduits ce mercredi à la direction préfectorale des eaux et forets de Kindia.

Nyankoye Kpogomou, conservateur de la naturePour le capitaine Nyankoye Pogomou, chef de la section préfectorale des eaux et forets de Kindia, ce coup de filet a réussi grâce au courage et à l’abnégation de ses hommes basés  dans cette localité : « depuis plusieurs jours, mes hommes  se sont mis à traquer les personnes malintentionnées qui sont dans ce village, parce que nous avons constaté ces derniers temps que les hommes sont entrain de violer la décision du gouvernement concernant l’interdiction  de la coupe et de l’exportation des  bois en Guinée.  Et souvent, c’est  sous la pluie que ces gens opèrent pour ne pas que les gens entendent du bruit et ils attendent la nuit pour les transporter au centre Ville. Donc, nos hommes se sont sacrifiés la nuit pour mettre mains sur ces présumés malfrats  qui  avaient déjà embarqué leur bois à destination du centre ville », a expliqué monsieur Pogomou.

 L’un des accusés, Ousmane Bah, a reconnu les charges qui pèsent sur lui et se dit conscient de violer une décision des autorités guinéennes : « c’est réellement vrai que nous avons été pris en flagrant délit. Ce qu’il faut retenir tous les jeunes qui sont à Sèguèyah font cette pratique et nous sommes conscient que ce nous faisons est formellement interdit  par les autorités. Comme il n’y a pas autre chose pour avoir de l’argent c’est pourquoi nous le faisons », s’est-il justifié.

Pour l’instant, les mis en cause sont à la direction préfectorale  des eaux et forets de Kindia pour les auditions avant de transférer  leur dossier au tribunal de première instance de la cité des agrumes.

De Kindia, Sékou Komoyah Kaba

Tél : 656 23 81 81/ 620 74 80 10

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin