KankanL’installation des lampadaires solaires avait suscité une vive joie chez les populations de la capitale de la Haute Guinée, d’autant plus que le problème de l’éclairage public était devenu un véritable casse-tête chinois. Mais aujourd’hui, un nombre important de ces lampadaires ne s’allume plus, replongeant la ville de Kankan peu à peu dans le noir, a constaté Guineematin.com, à travers son correspondant local.

Sur le long de la rue Nabaya, qui va du  rondpoint de M’Balia au rondpoint de Missira, l’on peut compter plus d’une vingtaine de lampadaires qui ne s’allument plus. Du rondpoint de M’Balia à celui de la poste, c’est la même réalité. Au niveau de la rue Ahmed Sékou Touré, qui va du rondpoint de M’Balia au rondpoint de Komorola loisir, c’est également la même situation qui prévaut. Cette triste réalité est remarquable sur la plupart des artères urbaines de la ville de Kankan. Cependant, les lampadaires situés en face de l’université de Kankan sont allumés tout le temps.

Interrogé sur les raisons de cette situation, Antoine Dobo Guilavogui, explique : « à notre arrivée à la tête de la délégation spéciale de Kankan, nous avons pris à bras le corps cette affaire de lampadaires. Nous avons mis en place un plan de suivi des lampadaires. Des voleurs de batteries ont été arrêtés et le matériel récupéré », a-t-il précisé. Il ajoute que  les chauffeurs avaient commencé à cogner et détruire les lampadaires. Mais en collaboration avec les citoyens riverains des lampadaires endommagés «  nous avons souvent réussi à mettre ces chauffeurs en demeure de réparer ou de payer le dommage causé », a indiqué monsieur Guilavogui.

Mais pour beaucoup d’observateurs de la vie publique à Kankan, l’extinction des lampadaires est due à un manque total de suivi de leur fonctionnement. L’autre cause en est que c’est la mauvaise installation qui a été faite par la société qui a eu le marché qui occasionne tout cela, dit un technicien. Et pourtant c’est une véritable cagnotte qui a été injectée dans ce secteur pour éclairer nos villes et villages.

En attendant, si rien n’est fait, la ville de Kankan va complètement plonger dans l’obscurité sous peu, surtout que c’est la seule source d’éclairage public de la ville.

 Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin