kolomaS’il y a un aujourd’hui une école publique qui présente un visage pour le moins hideux, c’est bien le collège Koloma, dans la commune de Ratoma. Il est l’un des rares collèges publics situés sur l’axe Hamdallaye-Cité Enco 5, avec un état de délabrement très avancé, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans la journée de jeudi 15 septembre 2016, aux environs de 11 heures, aucun responsable de l’école n’était visible sur les lieux. Le collège en question ne compte que 4 salles de classes. Quatre chambrettes tiennent lieu de toilettes pour tout cet effectif pléthorique.

Le Bâtiment servant de salles de classes est assez délabré avec d’énormes trous au plafond, des fenêtres aux vitres inexistantes. La toiture coule, nous a-t-on dit,  en cette saison pluvieuse.

Un jeune enseignant contractuel, qui a préféré gardé l’anonymat, ne cache son amertume face à la réalité que vit son école : « regardez bien ce bâtiment, il a l’air de tout sauf d’une école. Regardez l’état de la direction, c’est lamentable. Que ce soit le toit ou les effectifs, toutes les conditions sont réunies pour qu’on ne travaille pas bien. Il n’y a que deux professeurs de Chimie pour toute l’école, alors qu’o vient matin et soir, avec le système de  roulement. On a des classes de 130 à 140 élèves, surtout ces collégiens  qui sont turbulents. C’est très difficile d’enseigner dans ces conditions », s’est-t-il plaint.

Pire encore, des groupes de jeunes ont accès à la cour de l’école où ils viennent s’enfumer en pleine journée. Le jeune enseignant regrette cet état de fait. « On voit ces jeunes passés par ici pour aller au fond là-bas et se mettre à fumer et à crier quelques fois. Le portail est actuellement fermé mais, ils passent par la petite porte, puis devant la direction et continuent leur chemin pour se regrouper là-bas. Personne ne leur dit un seul mot. Mais, comme c’est les vacances, ça va bientôt cesser », espère le jeune enseignant.

Le collège de Koloma est à l’image de nombreuses autres écoles publiques de Conakry et même de l’intérieur du pays, avec des bâtiments presque abandonnés et en décrépitude. Du lycée Yimabya au collège de Ratoma, en passant le lycée Bonfi et le collège Gbessia, c’est le même constat alarmant qui se dégage à moins de trois semaines de la rentrée des classes.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin