PoliceOusmane Bangoura est un élève policier qui habite le quartier Wanindra avec son grand frère, également policier. Enervé de voir un jeune du quartier, Mamoudou Tounkara, entretenir des relations amoureuses avec sa cousine, il a décidé de se montrer plus garçon, en utilisant l’arme de son grand-frère. Il a tiré en l’air et fait fuir les amoureux qui ne sont plus revenus depuis ce mardi 30 août 2016.

Interpellé et conduit au tribunal de première instance de Dixinn, Ousmane Bangoura a été condamné hier à 3 ans de prison avec sursis et au payement de deux cent mille francs guinéens pour détention illégale d’arme de guerre et menaces, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Répondant aux accusations formulées contre lui hier, à la barre, l’élève policier a essayé de justifier son acte. « J’ai pris l’arme de marque SKS. J’ai tiré en l’air pour effrayer le petit Mamoudou Tounkara qui a détourné la fille de mon oncle », a-t-il dit.

Furieux, le procureur,  Maître Alseny Bah, a alors dénoncé l’utilisation de l’uniforme de la police et d’une arme pour régler des comptes aux citoyens.  «Tu ne peux pas prendre une arme et tirer là où tu veux comme si tu étais au Texas. L’arme de guerre n’est détenue que par celui qui fait la guerre. Le policier n’est pas doté d’arme ; car, l’arme du policier se trouve au poste de police. Alors, tu as détenu l’arme en toute illégalité », a dit le procureur, rappelant que depuis qu’il a menacé ce pauvre Tounkara, ce dernier et sa nièce sont toujours introuvables.

« Voilà les inconvénients de mettre m’importe qui à la police ! Il ne sait même pas lire le règlement intérieur et les statuts de la police. Or, ces textes sont à lire et à réciter ; sinon, tu vas te retrouver tous les jours devant le conseil de discipline », a fait remarquerle procureur.

 Dans ses réquisitions, il a demandé au tribunal de le retenir, en vertu de l’article 290 du code pénal guinéen, dans les liens de la culpabilité des faits de détention illégale d’arme de guerre et de menace en le condamnant à un an d’emprisonnement.

Mais, dans la délibération, le président du tribunal, Thierno Souleymane Barry, a condamné Ousmane Bangoura à 3 ans de prison assortis de sursis et à 200 000 francs guinéens d’amende.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin