donEn tourné à l’intérieur du pays, le ministre du Commerce, en compagnie de quelques cadres de son cabinet, a conféré avec les cadres déconcentrés de son département dans la région de Mamou, hier, jeudi 22 Septembre 2016. C’est la salle de conférence du gouvernorat qui a servi de cadre à cette rencontre, dite « de prise de contact et d’échange »,  a constaté Guineematin.com à travers un de ses correspondants locaux.

Attendu depuis 15 heures, c’est finalement à 18 heures 32 minutes que le ministre Marc Yombouno est arrivé au bloc administratif du gouvernorat. Après une concertation à huit clos avec le gouverneur, Amadou Oury Lammy Diallo, entouré du préfet, Mory Diallo, et des cadres régionaux et préfectoraux du secteur du commerce à Mamou, le ministre Yombouno a procédé à la remise d’un don de cinq motos de marque TVS aux directeurs préfectoraux du commerce des préfectures de Mamou, Dalaba et Pita ; ainsi qu’au chef du bureau DDI, DDE et l’inspecteur régional du commerce de Mamou. Ceci pour faciliter leur mobilité et accroitre leur capacité opérationnelle sur le terrain.

Dans son discours de bienvenue à la délégation, le préfet, monsieur Mory Diallo, a loué les efforts du ministre dans le combat contre la vente des produits périmés en Guinée.

don-de-motoPour sa part, l’inspecteur régional du commerce de Mamou, monsieur Hady Barry, a attiré l’attention du ministre sur un poste vacant à Dalaba, l’insuffisance du personnel et la vétusté des infrastructures abritant les services du commerce dans la région.

Par ailleurs, monsieur Barry a sollicité l’équipement de ses services en matériel informatique.

Au cours des échanges, les présidents des chambres de commerce présents à cette rencontre ont exprimé le souhait d’avoir la gestion des marchés à l’image du syndicat des transporteurs qui gère les gares routière.

Dans son discours, le ministre Marc Yombouno a déploré la façon dont le commerce s’exerce dans notre pays. « Actuellement, chacun fait ce qu’il veut dans ce secteur. Les gens exercent le commerce ; mais, ils ne sont pas prêts à prendre leurs cartes de commerçant. Parfois, ils ne savent même pas qu’il existe une chambre de commerce dans leur localité », a-t-il dit.

Parlant des mesures prises par son département, le ministre du commerce a annoncé entre autres la réglementation de la filière de la ferraille, la fixation d’un prix planché de 5 000 GNF pour le kilogramme de Cajou afin de protéger les producteurs  et le début de la rénovation et équipement des bureaux qui abritent ses cadres à Forécariah.

Par ailleurs, il a dénoncé la pratique de certains commerçants qui consiste à mettre un colorant toxique dans l’huile de palme afin d’augmenter la valeur marchande de ce produit quotidiennement consommé en Guinée ; alors que ça a de très graves conséquences sanitaires pour les innocents consommateurs. « Ceux qui mettent ce colorant hautement toxique dans l’huile de palme sont des criminels. Car, ils mettent en danger la santé des populations », a dénoncé le ministre Yombouno.

Enfin, le ministre guinéen du Commerce a informé les directeurs préfectoraux du commerce de la disponibilité, dans leurs comptes respectifs, de leurs crédits de fonctionnement qui s’élève à dix millions de francs guinéens (10 000 000 GNF) par direction.

Notons que ce Vendredi, le ministre et sa suite sont attendus à Labé, la capitale régionale de la moyenne Guinée.

De Mamou, Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin