formation-des-journalistesDans le cadre du programme journalisme et santé, l’Agence Française de Coopération Médias (CFI), organise à la maison de la Presse à Coléyah, à compter de ce lundi 03 octobre 2016, une formation à l’intention de quinze (15) journalistes de la presse en ligne et des télévisions. L’objectif du projet présenté par CFI est d’améliorer la diffusion de l’information de santé sur l’ensemble des médias et particulièrement des télévisions et de la presse en ligne, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes qui participe à ladite formation. 

Selon Isabelle Santos, formatrice de CFI, cette formation faisait partie d’un programme qui avait été lancé sur le journalisme et santé. Ainsi, après la première étape du projet, qui a porté sur la formation des journalistes des radios rurales, cette étape concerne les journalistes des télévisions et presse en ligne. « Nous les avons réunis, parce que la presse en ligne, c’est aussi bien de l’écrit, du son, que de l’image. Mais, il y aura des spécificités pour chacun », a-t-elle précisé.

isabelle-santosParlant des objectifs principaux, la formatrice a d’abord comme souci : « renforcer leurs connaissances sur la santé et sur le traitement de ces informations selon le média que l’on utilise ; soit l’image, soit l’écrit », a dit la formation.
À en croire Isabelle Santos, le journaliste de santé a ses propres exigences comme tous les autres journalistes, c’est à dire, éviter de commettre des erreurs dans le traitement et la diffusion de l’information. « Donc, il faut veiller à ce que l’on dit, comment on le dit et à qui on le dit. Et, surtout, bien déjà être formé soi-même, sur ces questions de santé pour pouvoir après en dire quelque chose. Mieux on est formé, mieux on sait comment on va dire les choses », a-t-elle souligné.

sylvie-sergeuilDe son côté, Sergeuil Sylvie, co-formatrice, a dit attendre des journalistes, à la suite de cette formation, qu’ils aient la même passion qu’elle, c’est à dire qu’ils apprennent le savoir-faire qui leur permettent de transmettre et de rendre compte. « Ils doivent savoir qu’ils ont un rôle important, qu’ils sont très écoutés, très vus, très entendus par la population. Vous savez, je dit parfois que certains journalistes sauvent plus de vies que les médecins ; mais, il faut que le transmetteur de l’information de santé le fasse bien, il faut qu’il apprenne, c’est ce que j’essaie d’enseigner », a-t-elle dit.

Il importe de rappeler que cette formation qui a débuté hier, lundi 03 octobre 2016, à la maison de la Presse, à Coleyah, se poursuivra pour deux semaines : du 03 au 15 octobre 2016.

Ibrahima Sory Diallo participe à cette formation pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin