ecole-salleL’ouverture des classes qui était prévue ce mardi 04 octobre 2016 par le ministère de l’Enseignement pré-universitaire, n’a pas été effective dans certains établissements scolaires de Tougué, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant local.

Selon nos constats sur le terrain, les raisons de la non effectivité de l’ouverture des classes sont diverses. Si par endroit, c’est l’absence des élèves et enseignants ; dans d’autres, c’est l’assainissement qui n’a pas du tout commencé.Au collège franco-arabe où le correspondant local de Guineematin.com s’est rendu en premier, il y avait le principal, deux enseignants et seulement huit (8) élèves. A ce niveau, l’assainissement avait été déjà fait.Au collège de Koïn, du point de vue présence, le constat est presque le même, les quelques élèves qui y étaient procédaient avec les 3 enseignants présents au nettoyage des classes et leurs devantures.

ecole-3A l’école primaire de Koïn, appelée « école du centre », le constant est très alarmant : les herbes engloutissent entièrement les salles de classe ; et, à l’intérieur des classes, ce sont des détritus des animaux et de quelques noctambules qui y règnent en maitres. Certaines portent mêmes avaient été défoncées pendant les vacances passées. Les 28 élèves et quelques 4 enseignants dont 3 femmes n’avaient pas où mettre pied pour reprendre les cours.

Trouvé dans l’enceinte de la cour de cet établissement, monsieur Amadou Oury Baldé, un membre de l’association des parents et amis des élèves (APEAE), qui a en charge l’assainissement de l’environnement scolaire, impute la faute au pompiste d’herbicides. « Nous lui avons donné 4 bouteilles d’herbicides pour pomper dans la cour, on a avait pris rendez-vous avant l’ouverture. Malheureusement, il n’a pas respecté son engagement». Ce qui fait qu’aucun de ces établissements scolaires primaires et secondaires n’a pu tenir cours comme prévu.

Du côté de la commune urbaine de Tougué, les cours ont effectivement bien repris, à en croire une enseignante au lycée de Tougué, qui a été jointe au téléphone par Guineematin.com : « ici au lycée, on a tenu cours, les élèves ont répondu massivement. Par exemple, dans ma classe, j’ai eu 60 élèves. Du côté des enseignants, les enseignants contractuels étaient plus présents que les titulaires », a-t-elle précisé.

De Tougué, Alpha Ibrahima Diogo Baldé pour Guineematin.com

Tel: (+224) 622 22 11 78 & 664 81 64 51

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin