ouverture-des-classesL’Ecole Franco Guinéenne des Métiers (EFFM), sise dans la commune de Ratoma, a ouvert ses portes ce mardi 4 octobre 2016, à la toute première promotion de cette école, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La cérémonie de cette première rentrée s’est déroulée en présence des élèves, des parents d’élèves ainsi que les responsables de ladite école.

Dans son discours de bienvenue, le fondateur de cette école, monsieur Mamadou Salif Sow, a dit que l’ambition de mettre en place cette école en République de Guinée est claire. Il s’agit, selon lui, de faire de telle sorte que les jeunes guinéens puissent avoir toutes les formations requises pour pouvoir intégrer le marché de l’emploi ici en Guinée.
«Dans les dix prochaines années, nous nous sommes fixés comme objectif, de pouvoir produire tous ce que les entreprises guinéennes ont besoin en terme de personnels, en terme de main d’œuvres, pour que les guinéens puissent répondre au besoin des entreprises guinéennes. On a toujours dit que la Guinée a toutes les ressources naturelles ; mais, elle a un problème de ressources humaines. Dans les dix prochaines années, nous voulons former à l’Ecole Franco-Guinéenne des Métiers tous les jeunes afin qu’ils puissent intégrer les grandes entreprises internationales qui s’implantent dans notre pays », a-t-il promis.

Pour sa part, le fondateur estime qu’il n’est pas possibles que d’autres personnes qui viennent des autres pays viennent et de prendre les postes que les guinéens devraient prendre. « Donc, former les jeunes guinéens pour qu’ils puissent répondre aux besoins des entreprises internationales, est l’objectif visé par cette école. C’est pour cela que nous avons emmené l’expertise française en termes de formation, c’est-à-dire permettre à nos étudiants de pouvoir faire trois jours de cours, et trois jours de stage, tout au long de la formation. Cela permettra aux étudiants d’avoir tous les prérequis nécessaires qui leurs permettront de pouvoir intégrer le marché de l’emploi » a-t-il fait remarquer.

À préciser que six filières seront mises à la disposition des parents pour qu’ils envoient leurs enfants dans cette école. Il s’agit de « l’informatique, le management et le commerce, le génie civile et mine, le droit, le tourisme et médicale sociale », a-t-il cité.

Selon le fondateur, « une année d’étude en France coûte 12 000 euros par étudiant et une année d’étude ici coûte 2000 euros par étudiant. Cela veut dire ici, de la première année jusqu’au niveau master, vous payer 13.000 euros. Une sommes équivalente au coût d’une année d’étude en France », a-t-il précisé.

Dans sa communication, le directeur général de cet établissement, monsieur Michaël Meneboode, a évoqué quelques critères distinctifs qui les particularisent aux autres universités de la place. « La différence que nous avons ici, nous avons accès aux métiers. Tous nos étudiants iront en stages toutes les semaines. Ils auront ce qu’on appelle l’immersion professionnelle comme nous le faisons dans nos écoles en France » a-t-il souligné.

Enfin, concernant l’organisation et les dispositifs de cette entrée, la directrice, Aline Destaillants, a dit que cette entrée s’organise au tours d’une journée d’intégration, où les étudiants vont être mis en équipe pour relever leur défis en équipe et créer les liens entre eux puis à la fin de la journée, il y aura une remise de prix à l’équipe gagnante. « Et dès demain matin, (mercredi 5 octobre 2016) les cours vont commencer »a-t-elle lancée.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin