D’après les explications du président de la CEPI de Tougué , interrogé par le correspondant local de Guineematin.com dans son bureau ce jeudi 06 octobre 2016 : « Mamadou Oury Diallo dit Bamba, est un ancien rapporteur de la commission électorale sous-préfectorale indépendante (cspi) de Koïn, un des démembrements de la CENI, sous la bannière de l’Union des forces républicaines de Sidya Touré, malheureusement il n’a pas été reconduit par sa structure, il s’est vu remplacé. Mais bien avant ce remplacement, il avait des problèmes d’argent avec la caisse locale du crédit rural.

Pour lui le seul moyen de se faire passer de cette dette, était de mettre la moto de la Céni ( Commission électorale nationale indépendante) en gage, qui finalement a été vendu à un montant qu’il n’a pas voulu nous communiquer. Et, donc, malgré toutes les intentions de régler ce problème à l’amiable, nous avons vu qu’il a complètement refusé.

A l’interne il faisait croire qu’il avait le soutien du monsieur le préfet, qui malheureusement ne l’était pas. Quand le préfet lui-même a compris que Mamadou Oury voulait se mirer de ses relations familiales, après avoir tenté n fois de le ramener à l’ordre pour le remboursement de la moto, qui ne lui appartient pas, il s’est vu refusé. Et nous même dans l’espoir qu’il allait accepter de comprendre et restituer la moto ou la valeur de la moto qu’il a vendu. Nous nous sommes vu dans l’impossibilité d’être en possession de ça. Nous étions obligé de faire intervenir l’Usep ( l’unité de sécurisation du processus électoral), nous avons formulé une plainte contre lui que nous avons déposé au niveau du commandant de l’unité qui est allé lui prendre à Koïn.

Maintenant en attendant que le jugement soit fait, il est sous les locaux disciplinaires de la gendarmerie de Tougué. Trouvé dans les locaux de la gendarmerie de Tougué l’accusé Mamadou Oury Diallo dit « Bamba », menuisier de profession, très affaibli, dit de n’être pas informé des raisons de son interpellation.

A rappeler que cette affaire remonte depuis mai 2016, mais la moto avait  été vendue bien avant. Depuis la cespi en collaboration avec la cepi, les autorités locales ont tout fait pour que la moto soit rembourser sans passer par la justice, mais en vain.

De Tougué, Alpha Ibrahima Diogo Baldé pourguineematin.com

622 22 11 78 & 664816451

 

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com