foret-communautaire-1La forêt communautaire de Nyakala de 26 hectares, située sur la montagne de Kolima, localité située sur la route Labé-Tougué, à 18 kilomètres de la commune urbaine de Tougué, est fortement menacée par la coupe de ses bois par des citoyens environnants, a constaté Guineematin.com ce jeudi 13 octobre 2016, à travers son correspondant local qui était de passage, ce jeudi 06 octobre 2016.

Interrogé par le correspondant de Guineematn.com basé à Tougué, les citoyens du secteur de Kolima, localité qui abrite cette forêt, disent être très choqués et révoltés contre ces personnes qui ont traversé plusieurs kilomètres pour venir  s’attaquer à une forêt protégée.

foret-communautaire-5«Quand nous avons constaté que les bois ont été coupés, nous avons immédiatement appelé à Tougué pour leurs informer. Ils sont venus nous trouver, on leur a montré les dégâts. Le missionnaire nous a chargé de demander à ceux qui ont coupé les bois, s’ils l’ont fait par exprès et s’ils savaient que c’est une forêt. S’il s’avère qu’ils n’ont pas fait par exprès, de leur dire de ne pas répéter. Nous leurs avons fait appel. Leurs parents sont venus s’excuser, auprès de nous. Nous leur avons signifié que nous avons clôturé tout notre village en grillage, mais nous n’avons jamais touché à un bois de la forêt. Donc, ce n’est pas à nous de les pardonner, mais plutôt l’autorité concernée », a expliqué Mamadou Oury Sidibé.

Quand à Thierno Daouda Diallo, il a dit s’être opposé au règlement de l’affaire à l’amiable : « Je m’étais opposé à un règlement de l’affaire à l’amiable. Je n’étais pas d’accord avec mes parents, parce que cette forêt est d’une utilité nationale et même mondiale. Donc, personne ne doit s’attaquer à elle. Ils ont quitté de l’autre côté de la montagne pour venir couper les bois. Est-ce qu’ils peuvent nous dire qu’ils ne savaient pas que la forêt arrivait jusque là, le garde de forêt est venu jusqu’ici nous dire de ne pas envoyer les coupables devant la justice. J’ai répondu que c’est eux qui devraient les traduire à la justice. Si vous ne le faites pas, ce n’est pas nous qui allons le faire », a-t-il dit.

Quand à Hamidou Diallo, il accuse les populations du village de Wouré Timbé d’être auteurs de cette déforestation.

foret-communautaire-3Aujourd’hui, c’est qui est inquiétant, c’est le fait que ce sont ceux qui sont chargé défendre la forêt, qui se transforment en facilitateur pour empêcher la traduction des coupables devant la justice. Pour preuve, cette autre affaire est close car réglée à l’amiable. Tougué étant une préfecture où le désert avance à grand pas, où les grands arbres sont presque tous coupés, ces genres d’actes devraient êtres sévèrement sanctionnés. A Tougué, les défenseurs des forêts sont devenus des véritables destructeurs des forêts et de l’environnement.

De Fatako, Kollagui, en passant par Koïn, Tangaly, Conah, jusqu’à Kollet, Fello Koundouwa, Kouratongo, on ne rencontre aucun arbre qui pourrait donner 10 ou 15 madriers, il n’y a aucune zone réservée.

A Kansagui où on en trouvait quelques grands arbres, la zone est attaquée par les machines tronçonneuses. On se demande réellement s’il n’y a des agents protecteurs de la nature. Même s’ils subissent parfois des injonctions des autorités locales, des sages et certains citoyens qui les réduisent en simple observateurs.

De Tougué, Alpha Ibrahima Diogo Baldé pour Guineematin.com

Tel: (+224) 622 221 178/ 664 816 451

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin