Le commandant Mamadou Alpha Barry Porte parole de la Gendarmerie

Le commandant Mamadou Alpha Barry
Porte parole de la Gendarmerie

Selon des informations confiées à Guineematin.com par l’officier en chargé de la communication du Haut Commandement de la Gendarmerie, une filière de trafic de clandestins vers l’Europe est en passe d’être démantelée. Selon le commandant Mamadou Alpha Barry, c’est dans les eaux territoriales Bissau-guinéennes qu’un voilier en provenance de Conakry a été retrouvé avec une trentaine de jeunes guinéens.
« C’est un navire dénommé High Max, battant pavillon Namibien, qui est parti de Conakry le 12 septembre dernier, pour se rendre, dit-on, à Abidjan. Contrairement à cette prétention, le voilier a amarré pour se retrouver dan les eaux territoriales bissau-guinéennes où il s’est échoué sur une île deux jours plus tard pour un problème de GPS. N’ayant pu résoudre le problème, l’équipage a alerté la garde côtière de ce pays », a expliqué le comandant Barry.

Mais, à force de creuser, les Bissagos ont découvert dans le voilier une trentaine de passagers clandestins : « dans sa déclaration à chaud, le capitaine du bateau a déclaré avoir été contacté par un guinéen du nom de Mohamed, propriétaire du bateau, à travers un certain Samuel, pour conduire ces passagers clandestins à Madrid, en Espagne. Chaque passager a payé 500 000 francs guinéens et promis, une fois arrivé à Madrid, le payement de 3 000 Euros », a précisé notre interlocuteur.

voilier-immigrants-diapora-bateauDevant cette découverte, ajoute le commandant Barry, les autorités bissau-guinéennes ont ouvert une enquête « qui épingle principalement les 9 membres de l’équipage ».

Par ailleurs, c’est l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) qui a été saisie du dossier et « un programme de retour volontaire a été initiée en faveur des passagers ».

Le chargé de communication de la gendarmerie dit que les 36 passagers sont arrivés à Conakry le 12 octobre dernier.

Les 9 membres d’équipage, de nationalité Ghanéenne, ont été remis à la gendarmerie nationale guinéenne. « Depuis, une enquête a été ouverte et pour le moment, ils sont au niveau de la direction des investigations judiciaires », a rassuré le comandant Barry.

En outre, l’officier a rappelé que ce réseau pourrait avoir des ramifications et que la gendarmerie est entrain de mettre les bouchées doubles pour son démantèlement.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo Pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin