image d'archives

image d’archives

Les cours ont effectivement repris dans la matinée de ce lundi 24 octobre 2016 à l’université de Kankan, après une longue période de protestation, pilotée par le syndicat. Même si la reprise est aujourd’hui légère, elle marque quand même la fin du conflit entre les autorités et le syndicat qui a finalement obtenu la nomination de nouvelles personnalités à la tête du campus, a constaté un des correspondants locaux de Guineematin.com, qui fait actuellement le tour de cette université.

L’Université de Kankan était en proie à une crise cyclique qui a longtemps paralysé la vie de cette institution d’enseignement supérieur. Entre 2015 et 2016, cette crise avait atteint le pic. Du Ministre Bailo teliwel Diallo à Abdoulaye Yero Baldé, chacun avait tenté de calmer les ardeurs mais rien n’en était. Avant de quitter le département le Ministre Téliwel avait suspendu certains cadres du Rectorat (le vice-recteur chargé des études, le pôle financier, les relations extérieures) et le recteur avait été suspendu par le président de la République.

A la veille de la rentrée universitaire, une décision de la lavée de la suspension est intervenue, ce qui a irrité le collectif des enseignants et travailleurs de l’université. Or, ces cadres avaient été suspendus pour mauvaise gestion, détournement de fonds, aveux d’incompétence, etc. Devant cette situation que le collectif a vivement décriée, une menace de grève a été lancée à partir d’aujourd’hui, lundi 24 Octobre 2016, si jamais une nouvelle équipe n’était pas nommée à la tête de l’Université de Kankan.

Ce qui fut fait, dans la soirée du vendredi dernier, 21 octobre 2016, un décret a nommé une nouvelle autorité à la tête de l’université.

Dr. Sékou Kaba, en service à l’Université de Laval (au Canada) est venu comme recteur de l’Université de Kankan ; Dr. Mamadou Saidou Diallo, en service aux études avancées de l’université de Kankan, vient comme Vice-Recteur chargé de la recherche ; Dr. Massa Akoi Zoumanigui, jusque-là directeur de l’école supérieur des Sciences de l’Information à l’Université de Kankan, a été nommée vice-recteur chargé des études ; Dr. Ansoumane Traoré, en service l’Institut Supérieur Agronomique de Faranah, est nommée secrétaire général de l’université.

Au paravent, un DAAF et un chef comptable avaient été nommés par arrêté ministériel.

Tous ces actes sont venus à un moment très attendu à l’université de Kankan. Au lendemain de cette vaque de nomination, c’était la joie dans le campus universitaire de Kankan. Dans la foulée, un syndicaliste a annoncé que les cours reprendront dès ce lundi ; car, les objectifs de la revendication sont atteints. Un autre a dit que c’est la fin du cauchemar à l’université qui ne faisait que perdurer. Pour un troisième, ceux qui se sentaient invincibles sont vaincu à jamais car l’ombre du diable est passée…

Selon un observateur, les crises répétées dans les universités s’expliquent par le manque de plan de carrière des fonctionnaires de l’Etat ; mais aussi à leur immobilisme et surtout la guerre d’intérêts. Pour un autre le nerf de la guerre ce sont les faveurs qui s’y trouvent. Le plus souvent, les subventions constituent une vache laitière des cadres des universités. Souvent l’argent est utilisé avant qu’il n’arrive.

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin