maitre-abdoul-kabele-camara-ministre-de-la-securite-jpg0Les forces armées guinéennes ont célébré avec éclat, ce mardi 1er novembre, l’an 58 de leur création. A la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) de Cameroun, au quartier Camayenne, l’ambiance était festive, sur fond de musique guinéenne, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

De nombreux agents de police étaient mobilisés pour la circonstance en vue de donner à la fête un éclat particulier. Une sonorisation est mise à contribution et de  nombreux policiers vont exécuter des pas de danse.

Ensuite, l’on a assisté à une simulation d’une attaque terroriste. Des preneurs d’otages, après avoir menacé d’exécuté leurs geôliers, se font neutraliser  par une équipe d’intervention de la police. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de la reforme des services de sécurité d’une part et d’autre part qui vise à les outiller dans la lutte contre le terrorisme. Une démonstration longuement applaudie.

Arrivé sur les lieux aux environs de midi, le ministre d’Etat à la sécurité et à la protection civile, maitre Abdoul Kabélé Camara, a salué la foule de policiers avant de tenir un bref discours. Il a insisté sur le fait que les réformes du secteur de sécurité, engagées par le gouvernement et ses partenaires, vont se poursuivre : « c’est tout juste pour vous souhaiter bonne fête, joyeux anniversaire. C’est aussi pour vous encourager au nom du chef de l’Etat et du premier ministre, pour vous dire que la réforme suivra son cours. Tout le monde devrait se mettre au travail pour qu’ensemble, nous puissions atteindre les objectifs majeurs qui nous sont assignés dans notre lettre de mission. La reforme suit son cours, la preuve est que les deux écoles de police de Kafiliyah et de Kagbelen sont ouvertes. La formation continue sera assurée pour tous les autres agents et officiers. Nous veillerons à l’amélioration de vos conditions de vie », a promis maitre Kabélé Camara.

bafoeAu terme de son discours, le ministre d’Etat à la sécurité va esquisser des pas de danse au milieu de la foule dans une ambiance bon enfant.

De son côté, le colonel Ansoumane « Baffoé » Camara, directeur des unités d’intervention de la police, dira que cette fête est l’une des rares occasions pour les agents de se recréer en communion. « Vraiment, c’est la seule occasion pendant laquelle les enfants peuvent se retrouver en harmonie avec leurs gradés. Vous avez vu comment le ministre était en harmonie avec les agents, comment les agents ont dansé avec lui. On a besoin de ça, parce que toute l’année on est stressé. Donc, le 1er novembre est une date mémorable, inoubliable et qui est à fêter », a laissé entende le colonel Baffoé.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin