cellou-dalein-dialloDe nombreux militants ont répondu à l’appel de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), ce samedi 5 novembre 2016, au compte de l’assemblée générale hebdomadaire du principal parti de l’opposition. Le leader du parti, Elhadj Cellou Dalein Diallo, était entouré de ses principaux lieutenants : Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, Aliou Condé, Kalemodou Yansané, Anne Marie Tofany, Fatoumata Binta Bah (Taata), Bano Sow. Il y a avait également tous les présidents des délégations spéciales que dirige le parti, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.
L’ambiance était festive avec la prestation de nombreux artistes sous un soleil de plomb. La délégation de l’opposition ghanéenne, en séjour en Guinée depuis quelques jours, était également de la partie.

L’occasion est mise à profit par Elhadj Cellou Dalein pour tenir un discours dont voici le contenu in extenso : « L’autre disait qu’il vaut mieux se répéter que de se contredire. Je voudrais une fois encore saluer votre présence massive à cette assemblée générale ordinaire de notre parti. La direction nationale en est très fière, parce que ceux qui luttent, il y en a très peu maintenant, mais ceux qui doutent de la vitalité de notre parti, de l’engagement, de la détermination de ses militants, en ont chaque samedi pour leur compte. Parce que comme je le dis, on ne rappelle à aucun d’entre vous qu’il doit être là. On n’envoi pas de bus ni de minibus, chercher les gens. Chacun se lève et sait qu’il doit venir ici pour marquer son attachement à notre parti, aux valeurs que nous défendons. Je voudrais saluer ici la présence des présidents de nos délégations spéciales venues prendre part à la Semaine Nationale de la Citoyenneté et de la Paix. J’en profite pour rendre hommage au ministre Gassama Diaby, qui a pris l’initiative d’organiser cette semaine. Je pense que c’est extrêmement important qu’on sensibilise nos populations sur leurs droits et sur leurs devoirs. Le combat que mène notre parti, c’est pour l’avènement d’une société plus juste, une république qui reconnait et protège tous les citoyens, pour que chacun d’entre eux puisse exercer pleinement tous ses droits et libertés reconnus par la Constitution et les lois de la République. Nous sommes dans l’opposition parce que nous constatons que les pratiques du gouvernement ne sont pas en accord avec ces principes cardinaux. Nous nous battons pour que l’égalité des citoyens soit garantie et le respect de leur dignité également. Qu’on puisse leur assurer la sécurité, le bien être, l’épanouissement. C’est ça le rôle premier de l’Etat à travers ses institutions. Lorsqu’il y a des pratiques contraires, vous le savez, l’UFDG les a dénoncées et nous nous sommes mobilisés pour nous battre contre les pratiques contraires à ces principes et aux droits des citoyens. Nous voulons qu’il y ait d’abord le citoyen guinéen. Je le dis ici à cette occasion, il ne s’agit pas de savoir s’il appartient au RPG, à l’UFDG, à la Forêt, à la Moyenne Guinée ou à la Haute Guinée. Il y a d’abord le citoyen guinéen. Nous sommes heureux de constater qu’à la base, il y a cette réconciliation, nous sommes entrain de démolir, jour après jour, les préjugés et les murs artificiellement dressés entre les militants des différentes formations politiques, mais aussi entre les ressortissants des différentes communautés composants notre pays. Je dis que c’est un fait de Dieu que nous soyons Kissiens, Guerzés, Manons, Tomas, Malinkés, Soussous, Peulh, que nous soyons guinéens. Acceptons ce fait de Dieu et essayons de cultiver une relation de fraternité, de solidarité, de confiance et de tolérance. La citoyenneté c’est ça. Et, l’UFDG sera toujours aux côtés de ceux qui veulent défendre ces principes et valeurs, l’UFDG sera un partenaire loyal à tous ceux qui œuvrent dans ce sens. Mais, si vous soutenez des pratiques contraires à ces valeurs, vous créez la division entre les citoyens, vous n’assurez pas la sécurité des citoyens, l’exercice de leurs droits, vous soutenez les fraudes électorales, vous trouverez en l’UFDG un adversaire intraitable. Donc, nous sommes attachés à des principes et à des valeurs et aujourd’hui, nous nous réjouissons de voir qu’il y a des initiatives qui visent à rappeler aux guinéens que nous appartenons à la même nation, au même pays et qu’on n’a pas raison de prôner la méfiance, la violence, la discrimination et la division sous toutes ses formes. Nous continuerons notre travail à la base pour la réconciliation des guinéens. Et, vous voyez que les gens ont compris. Aujourd’hui, nous enregistrons partout des adhésions massives où les gens ont compris que l’UFDG est la seule alternative crédible pour gérer ce pays, instaurer la démocratie, l’Etat de Droit, promouvoir la fraternité et l’unité de notre pays. C’est pourquoi, nous sommes fiers de vous, parce que vous n’êtes pas alimentaires. Quel est le parti qui peut mobiliser comme ça sans envoyer des bus et de l’argent ? Lorsqu’on a voulu se comparer à l’UFDG, il y a quelques mois, vous avez vu ce qui s’et passé et, c’est pourquoi le peuple de Guinée est fier de nous, la direction nationale de l’UFDG est fière de vous. Continuons notre combat, la victoire sera de notre côté. Nous voulons cette Guinée unie, prospère, démocratique où chacun retrouve sa place. Pour que ceux qui vivent à l’intérieur des frontières, ceux qui vivent à l‘extérieur soient fiers de la Guinée parce qu’il y aura une Guinée régie par les principes de l’Etat de droit. Vous avez suivi, votre parti est attaqué de toutes parts. Ne vous en préoccupez pas. Continuons notre travail. Un parti n’est isolé que s’il n’a pas de militants. Aujourd’hui, les guinéens sont entrain de venir massivement adhéré à l’UFDG, pour marquer leur confiance, leur attachement aux valeurs que nous défendons depuis de longues années. Ils ont admis finalement que nous avons raison. Organisons les élections et répondons aux résultats. Chaque parti ira aux élections. Ceux qui nous combattent, on verra. Ce n’est pas la peine de polémiquer avec des leaders. Nous sommes un grand parti. Si aujourd’hui même il y a une élection transparente, vous savez où est notre place. Nous combattons la fraude électorale, les mascarades, les holdups…parce que si nous sommes chef de file de l’opposition, nous n’en sommes pas fiers, nous pourrions être à Sékhoutoureyah. C’est par la fraude, la mascarade électorale que nous nous retrouvons chef de file de l’opposition. Ceux qui veulent être chef de file ou qui sont jaloux parce que l’UFDG a été reconnue chef de file, mais nous allons leur laisser la place bientôt et nous allons nous retrouver à Sékhoutoureyah ».

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin