femme-et-apacDans journée d’hier, mercredi 16 novembre 2016, l’Association des Professionnelles Africaines de la Communication (APAC-Guinée), présidée par notre consœur Asmaou Barry, a rendu visite à madame M’mahawa Soumah, enceinte des quintuplés et actuellement en surveillance à l’hôpital Ignace-Deen de Conakry, en présence de plusieurs membres de l’ONG et du responsable du service de la maternité de dudit hôpital, a constaté un reporter de Guineematin.com sur place.

Selon Asmaou Barry, « tomber enceinte des quintuplés est une chose rare ! Et, quand cela arrive, c’est un évènement national. C’est pourquoi, les membres de l’ONG APAC-Guinée se sont réunis autour de M’mahawa Soumah pour faire une communication en vue d’une mobilisation sociale ».

Déjà, plusieurs personnes ont exprimé leur désir d’aider M’mahawa Soumah, notamment des femmes. Mais, aux yeux de la présidente de  l’ONG APAC-Guinée, c’est toujours insuffisant. Elle souhaite alors que les femmes se sentent concernées en se disant qu’elles peuvent aider cette dame, en vue d’un accouchement normal.

femmeÉgalement interrogée sur place, madame M’mahawa Soumah a dit être heureuse des visites qu’elle reçoit, en particulier de cette jeune association, dont la présidente n’a jamais cessé de l’appeler pour s’enquérir de ses nouvelles. « Physiquement et moralement, je me sens beaucoup mieux parce que j’ai vue les autorités se mobiliser, notamment les femmes pour mon cas. Sinon, au départ, je n’étais pas sûr de me retrouver comme ça. Mais, Dieu merci, j’ai l’espoir avec surtout la mobilisation des femmes, en particulier cette ONG APAC-Guinée », a-t-elle dit.

Quand à la question de son éventuelle évacuation vers l’étranger, madame M’mahawa Soumah a rappelé que des promesses ont été faites ; mais, elles n’ont toujours pas été respectées. « Malgré les promesses, rien n’a été décidé encore. Même s’il y a une décision dans ce sens, pour le moment, on ne m’a rien dit et rien n’a été dit à mon mari », a-t-elle révélé.

maternite-ignace-deenDe son côté, le chef de service de la maternité de l’hôpital Ignace-Deen, Mamadou Cellou Diallo, a expliqué les difficultés liées à ces types de grossesse, notamment le fait qu’elles n’arrivent souvent pas à terme. « Le risque d’accouchement prématuré est là. Le risque des conséquences intra-utérines est là. Et, ensuite, elle peut développer d’autres complications, notamment ce que nous appelons le pré éclampsie, les éclampsies. Tous ceux-ci sont des complications qui arrivent quant il y a une grossesse de ce genre. Du fait que nos moyens sont limités, nous avons dit que cette femme, dans les conditions normales, doit être évacuée dans une structure où il y a un service plus performant. Un service de la reproduction où elle pourra être prise en charge », a-t-il expliqué, avant de rappeler qu’un rapport a été déposé au niveau du ministre de la santé, qui s’est engagé à l’évacuer…

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin