plage-de-takonko-jpg0Située dans le quartier Ratoma Centre, derrière le collège Ratoma, la plage de Takonko se trouve aujourd’hui dans un état pitoyable. Fermée, à l’instar des autres plages de la capitale Conakry, au lendemain du drame de Rogbané en 2014, la plage de Takonko est complètement envahie de nos jours par des ordures et des jeunes du quartier qui sont sans repères, a constaté Guineematin.com à un de ses reporters.

En effet, cette plage qui était, jadis, très prisée par la jeunesse de Ratoma et de Conakry en général, est devenue un lieu où se rassemblent des jeunes délinquants, des désœuvrés mais aussi des diplômés sans emplois en manque de repère.

Au delà du fait que les plages sont des lieux de détente et de loisirs, elles créent des emplois directs et indirects. A Ratoma centre par exemple, c’est une association de jeunes qui gérait la plage de Takonko. Elle permettait ainsi à ces nombreux jeunes de trouver la dépense quotidienne. Mais aujourd’hui, la fermeture de cette plage a réduit ces nombreux jeunes au chômage. Du nettoyage des lieux, à la vente des boissons et autres prestations diverses, les travailleurs de la plage participaient activement à l’entretien et à la survie des lieux.

plage-de-takonkoUn des nombreux jeunes rencontré sur place dans la matinée de ce jeudi 1er septembre 2016, affirme être le gestionnaire depuis la fermeture de la plage. Selon lui, une vingtaine de jeunes travaillait sur la plage et assurait, de façon constante, le nettoyage : « Aujourd’hui, la plage Takonko est foutue. Elle est complètement envahie par les ordures. Vous savez que la mer rejette la saleté, donc si les gens jettent les ordures dans la mer, elle ramène vers les plages. Quand la plage fonctionnait, on faisait un nettoyage systématique chaque heure », a dit le gérant actuel de la plage, Alhassane Samoura.

Non loin de là, Guineematin.com a rencontré le chef de quartier de Ratoma centre, qui regrette le fait que des jeunes de son quartier sont désormais au chômage par suite de la fermeture de ce lieu public : « Tous ces jeunes qui travaillaient là-bas sont aujourd’hui au chômage. On a fait assez de démarches au niveau du gouvernorat. Il y a eu des promesses de réouverture des plages et on attend. L’association qui gérait la plage avait créé assez d’emplois pour les jeunes de Ratoma-centre. Nettoyage, sécurité, gestion, chacun y trouvait son intérêt », a affirmé monsieur Djibril Dabo.

plage-de-takonko-jpg1En ce qui concerne l’insalubrité, monsieur Dabo affirme que cela est un problème national qui devrait être une préoccupation majeure de tous les guinéens. Selon lui, si la plage ne fonctionne pas, il n’y aura pas de propreté sur le site : « Tout le monde doit s’impliquer pour la propreté du quartier. Le quartier n’a pas de moyens pour faire le nettoyage. Nous n’avons pas de budget et la commune aussi a les mêmes difficultés », a t-il ajouté.

Il faut rappeler la fermeture de cette plage de Takonko est intervenue après la bousculade meurtrière,  lors d’un concert organisé le 29 juillet 2014. Cette nuit, 34 jeunes avaient perdu la vie et plusieurs autres ont été blessés. C’était au lendemain de la fête de ramadan.

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621607907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin