makiou-sall-president-de-la-delegation-speciale-de-dubreka

Makiou Sall, président de la délégation spéciale de Dubréka

Les citoyens des localités dont les habitations sont menacées de démolition, dans la préfecture de Dubréka, se mobilisent pour se défendre. C’est dans ce sens que les populations de Dondolikhouré ont dépêché une mission, conduite par le chef de quartier, pour aller à la rencontre des autorités préfectorales et communales, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

En effet, le ministre de la ville, de l’aménagement du territoire a annoncé la reprise de 300 hectares dans la zone se trouvant à Grands Moulins et alentours. Depuis le démarrage des opérations de marquage des habitations, le samedi 19 novembre dernier, les populations se sont massivement levées contre la décision du ministre, car détenant tous les dossiers légaux.

Depuis lors, les citoyens ont constitué des équipes pour la récupération des documents de tous les domaines se trouvant dans les quartiers de Dondolikhouré, Maboya Ouest, une partie de Kagbelen village et de Kenéndé.

Après le dépôt des dossiers, les victimes ont constitué dimanche dernier d’autres commissions qui seront chargées de rencontrer toutes les autorités concernées.  C’est dans ce sens qu’une délégation conduite par le chef de quartier de Dondolikhouré est allé à la rencontre des autorités préfectorales et communales dimanche dernier.

Le président de la délégation spéciale de Dubréka déclare ne pas connaître la délimitation de la zone industrielle à la zone d’habitation.

Par ailleurs, monsieur Makiou Sall a expliqué que l’Etat a le droit de récupérer toutes zones industrielles pour la construction des usines. « La situation est compliquée. Même nous les autorités communales, nous n’avons pas le plan d’ensemble. On doit connaître la délimitation de la zone industrielle et la zone d’habitation. Quand on ne connaît pas cette délimitation, il sera difficile de se prononcer. Si non, dans les conditions normales, la zone industrielle doit être dégagée pour la construction des usines », a déclaré le président de la délégation spéciale de Dubréka, monsieur Makiou Sall.

Par ailleurs, il appelle l’Etat à assumer ses responsabilités, car n’ayant pas en amont donné la délimitation exacte de la zone industrielle à la zone d’habitation. « On ne peut pas se lever un beau matin et dire aux gens de quitter leurs habitations, surtout que c’est les agents de l’Etat qui délivrent tous les documents pour toute construction », a rajouté monsieur Sall.

Pour finir, le président de la délégation spéciale demande aux représentants de victimes de sensibiliser les citoyens de ces localités et d’user de toutes les procédures légales sans violence.

Il faut signaler que la rencontre avec le préfet de Dubréka n’a pas eu lieu.

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com 

Tél.: 621 607 907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin