Christine SagnoLa ministre de l’Environnement, des Eaux et des Forêts, Christine Sagno, n’est pas prête d’oublier si tôt cet après-midi du 29 novembre 2016 ! Dans une salle archi-comble à l’hôtel Noom de Conakry, Alpha Condé fait son entrée sous un tonnerre d’applaudissements. Il préside une cérémonie organisée par le ministère des Pêches commémorant le retrait de la Guinée de la liste noire établie par l’Union Européenne des pays tiers non-coopérants en matière de pêche INN.

Visage fermé, le chef de l’Etat prend place sur une chaise aménagée pour lui sur une estrade de laquelle il a une vue sur toute la salle. Mais pas seulement, on va le voir !

Au premier rang, une brochette de ministres de la République : Cheick Sako (Justice), Oyé Guilavogui (Transports), Christine Sagno (Environnement), Makalé Camara (Affaires étrangères), Mama Kanny Diallo (Plan), etc.

A peine assis, Alpha Condé fait un signe étrange en direction de Mme Christine assise sur une chaise entre Oyé Guilavogui et Makalé Camara. Le président invite la ministre à fermer ses jambes que celle-ci avait manifestement l’une posée sur l’autre. Très gênée, l’intéressée s’exécute. Alpha Condé secoue la tête de dépit accentuant la gêne de la ministre, une gêne qui finit par envahir toute la salle, tout le monde ayant suivi la scène.

Le modérateur, Kaba Condé, qui avait momentanément interrompu son introduction reprend la main.

A la fin de la cérémonie, au cours de laquelle Alpha Condé a passé un savon à tous les ministres de son gouvernement, fait le tour de la salle pour serrer la main.

Avant de sortir, il s’arrête devant un groupe de ministres hommes (Tourisme, Ville, MATD…) auxquels il explique son « indignation » de tout à l’heure. Tout le monde rit aux éclats.

Contrairement à ce qu’on  pourrait penser, la ministre Sagno était correctement habillée. Elle était même très élégante dans une longue robe superbement brodée.

Alpha Condé a-t-il vu « quelque-chose » ? Guineematin doute très fort vu la longueur de jupe de la dame. Mais même si tel était le cas, son manteau présidentiel ajouté au fait que le Professeur Alpha Condé soit un « Elhadj » (ne l’oublions pas) aurait suffi pour détourner son regard de chef d’Etat de ces choses pudiques.

Intervenu quatre jours après la célébration de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, ce geste est plus que déplacé !

Nêné Mawdho

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin