foretAu sortir des assises de la COP22 à Marrakech, au Maroc, toute une nébuleuse entoure abattage systématique de la forêt communautaire de Démoudoula de 9 hectares, au quartier Kaporo-rails, dans la commune de Ratoma, zone spéciale de Conakry, constate un des collaborateurs de Guineematin.com qui s’intéresse au dossier.

C’est un  certain Sita Bangoura, opérateur économique propriétaire d’une menuiserie moderne installée à Conakry qui a obtenu le contrat d’exploitation de cette forêt communautaire dans le but d’approvisionner son unité en bois d’œuvre contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

Une source apparemment bien informée contactée par Guineematin.com explique que c’est une bagatelle de 400 millions de francs guinéens qui est en jeux dans ce dossier. Dans ce montant total, 200 millions de francs guinéens auraient été débloqués à titre d’avance. Mais, des sources concordantes confirment que c’est seulement le montant de 50 millions de francs guinéens qui ont été versés au chef de la section des eaux et forêts de la commune de Ratoma, un certain ‘’Diallo Forêt’’ pour le compte du trésor public, au titre du fonds d’aménagement.

Or, au regard de l’arrêté conjoint N°6009/2016 signé du ministre de l’Environnement et de son homologue de l’Economie et des Finances le 16 septembre 2016 attribue 50% du montant au fonds d’aménagement tandis que  le reste est destiné aux frais de fonctionnement des services techniques, surtout de la localité abritant la forêt communautaire en question. Etant entendu que les forêts communautaires sont soumises au principe de cogestion avec l’Etat.

A la question de savoir où se trouvent les 150 autres millions, notre informateur est catégorique : « c’est entre le chef du quartier de Kaporo-rails, la commune de Ratoma et les cadres du département.»

Toutes nos tentatives d’échanger avec le chef de la section des eaux et forêts de Ratoma et le chef du quartier de Kaporo-rails se sont soldées par un échec total. ‘’Diallo Forêt’’ et Alphadjo Barry évitent désormais de parler avec la presse. Nous osons espérer que ce n’est que partie remise. Car, il s’agit là d’un dossier à suivre ! Surtout quand on sait que le département concerné a pris cette décision au moment où se tenaient les assises de la COP22 à Marrakech, au Maroc.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551      

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin