Vol du véhicule de l’ancien ministre de la Santé : le procureur a requis 3 et 5 ans contre les prévenus

Rémy Lamah, le ministre guinéen de la Santé veut des actions concrètes pour arrêter la contagion d'Ebola et non des réunions interminables sous les climatiseurs...
Rémy Lamah, ancien ministre guinéen de la Santé

Les réquisitions et plaidoiries relatives au cas de vol du véhicule de Colonel Remy Lamah, ancien ministre de la santé, ont eu lieu ce jeudi 1 décembre 2016, au Tribunal de Première Instance de Dixinn, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Les prévenus, Chistophe Delamou et Amady Condé alias Diko, sont poursuivis respectivement pour des faits de vol et de recèle au préjudice de Colonel Remy Lamah, ancien ministre de la Santé et directeur des services de santé de l’armée à l’époque des faits.

Ces faits de vol, il faut le rappeler, remontent au vendredi  12 octobre 2013, aux environs de 22 heures,  dans le quartier de Yattayah,  dans la commune de Ratoma. Le ministre rentrait d’un voyage du Maroc quand il a été dépouillé de son véhicule. Le colonel s’apprêtait à accéder à son  domicile, lorsque des individus cagoulés ont braqué une arme sur lui, exigeant qu’il leur remette les clefs du véhicule et son téléphone.  Ainsi dit, ainsi fait. Par la suite, les individus armés vont tenter de l’amener avec eux.

Arrivé à un certain niveau, le Colonel va réussir à se sauver, laissant son véhicule avec ses agresseurs. Aussitôt informés, la police, la gendarmerie et certains agents de l’armée vont mener des enquêtes.

 Les pistes ont conduit vers Amady Condé, garde du corps du Colonel. Il aurait été identifié ce jour par la fille du Colonel Remy, qui dit avoir reconnu la voix du prévenu.

Après les enquêtes, le véhicule enlevé  a été retrouvé dans  les mains d’Amady Condé. Ce dernier n’a pas nié les faits que le véhicule a été retrouvé à son niveau, mais il a fait savoir au Tribunal que c’est Jean Mark et André  Toiro qui lui ont confié le véhicule, le 13 octobre 2013 pour qu’il le livre à la vente.

 « Je ne savais pas que c’est un véhicule volé. Sinon je n’allais pas rouler dedans en pleine journée en cherchant des amateurs », s’est-t-il défendu.

De son côté,  Christophe Délamou, à qui Amady Condé a confié les clefs et les documents du véhicule, dit avoir ignoré le contenu du sac plastique que son ami lui a remis : « je ne sais ni lire, ni écrire, je ne savais pas que le plastique qu’il m’a remis contenait les documents d’un véhicule enlevé », s’est-t-il justifié.

Prenant la parole, la partie civile dit que dans cette affaire il y a eu vol, recèle et tentative d’enlèvement.  Vu la gravité de ces infractions, « nous réclamons une somme forfaitaire de 50 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts ».

Le procureur, après avoir narré les faits, demande au tribunal de les retenir respectivement dans les liens de culpabilité des faits  vol et de recèle. « Je demande au tribunal de condamner Amady Condé à 5 ans d’emprisonnement et 500 mille francs guinéens d’amende. Christophe Délamou, à 3 ans d’emprisonnement et 2 millions 500.000 francs guinéens d’amende », a requis le procureur.

Quant à la défense, elle plaide non coupable et demande des circonstances atténuantes à leurs clients qui, argument-ils «  ont fait 3 ans de prison à tort ».

Pour la délibération, le président du Tribunal Thierno Souleymane Barry, va renvoyer l’affaire pour le jeudi 8 décembre 2016.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 4169 22/664 41 3227

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS