maitre-abdoul-kabele-camara-ministre-de-la-securite-jpg0S’appuyant sur son talent d’avocat, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Maître Abdoul Kabélé Camara, vient de présenter la politique sectorielle du département de la sécurité et de la protection civile, à la suite de son ami de la défense nationale. Selon Maître Kabélé Camara, les missions de son département sont essentiellement axées sur la protection des personnes et de leurs biens. Il ajoute dit avoir organisé un audit à son arrivée à la tête du Département, a appris Guineematin.com à travers un de ses trois reporters qui suivent les travaux à l’Assemblée nationale ce vendredi 02 décembre 2016.

Maître Kabélé Camara a rappelé que son budget 2016 était de 359 milliards 281 millions 311 mille 127, ajouté aux apports apportés des partenaires. Mais le ministre ne dit combien a été décaissé à date et ni du montant de l’enveloppe financière apportée par les partenaires financiers.

Des actions réalisées, le ministre de la sécurité cite toute une panoplie, à savoir, la relance de l’école nationale de police, la formation de plus de 600 agents de police, la formation de plus de 900 autres agents dans le traitement judiciaire, le management et le pilotage des services, la sécurité routière, la formation de 50 officiers pour les missions de paix, la formation de plusieurs policières pour les missions de protection, l’extension de la police de proximité dans les communes de la capitale, la formation et le lancement des policiers référents dans les milieux scolaires,…

En plus de ces actions, viennent s’ajouter, selon le ministre d’Etat, la création d’une division d’appui, la mise en place de deux unités de protection civile, de trois nouveaux services d’incendie et de secours, la construction d’un centre d’arrêt, la formation d’agents en sauvetage, la création d’une direction de renseignements intérieurs.

Dans la foulée, Me Kabélé annonce la mise en place d’un conseil de discipline dont l’installation aura lieu le mercredi prochain à Conakry, sans oublier des audits réalisés au sein de certains services du département, la participation du ministère dans les efforts de mobilisation des recettes.

Des recettes, le ministre soutient la mobilisation de 111 milliards 333 millions 500 mille issus de la confection des passeports et souligne que plus de 900 milliards reviennent au trésor, sans compter les passeports confectionnés en Europe.

En bon avocat, il soutient ne pas « occulter le sentiment d’insécurité qu’il partage. Les événements à Coyah et N’Zérékoré et avant sont une évidence ».

Malgré tout cette institution travaille nuit et jour et en tout en temps, se défend t-il.

A titre d’exemples, poursuit le ministre, au niveau des seules BAC, 275 cas de crimes et délits présumés ont été recensés et plus de 600 policiers indélicats mis dans les mains de la justice.

Pour faire bien sa mission, le département a besoin d’un nombre suffisant de policiers, bien motivés et soutenus dans leur travail.

Cette page finie, le ministre annonce le projet de budget 2017 de son département dont le montant s’élève à 396 milliards 809 millions 23 mille. Soit une augmentation de plus de 10% par rapport au budget précédent. Sauf que cette enveloppe sert aux deux tiers à payer les salaires contre 60 milliards pour l’achat de biens et services.

Des actions prioritaires pour 2017, le ministre est moins bavard. Il promet toute fois, d’accentuer la formation des agents, de recruter d’autres (bacheliers et universitaires), renforcer du contrôle interne, des capacités d’intervention par la création de 15 nouvelles unités en plus des 13 sur le terrain.

En plus de ces actions de nouvelles implantations d’unités de protection et de secours et le renforcement des capacités de renseignement sont également envisagés. Les débats se poursuivent…

De l’Assemblée nationale, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : +224 628 08 98 45

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin