Députés, Assemblée nationale (22)L’opposition qui n’a pas apprécié les propos tenus par le directeur national de la police, Bangaly Kourouma, tenus à N’Zérékoré, réclame des sanctions contre lui et plusieurs autres questions et préoccupations ont été posées aux ministres de la Sécurité et à son homologue de la Défense, a constaté l’un des reporters de Guineematin.com qui suit les travaux de l’Assemblée nationale, ce vendredi 2 décembre 2016.

Et c’est à la suite de la présentation des budgets sectoriels des départements de la défense nationale et de la sécurité et de la protection, respectivement dirigés par Dr Mohamed Diané et Maître Kabélé Camara, les députés continuent de poser des questions.

L’honorable Saïkou Yaya Barry, après avoir plaidé pour une amélioration des conditions de vie  et de travail de la police routière et suggère au ministre de la sécurité de confectionner des cartes d’identité numériques sécurisées aux guinéens à l’image des autres pays.

Le député Aliou Condé et l’un des haut responsable de l’UFDG évoque l’article 11 du code de la déontologie de la police qui interdit à un directeur général de la politique « d’aller aux lieux politiques, il n’a pas droit aussi de tenir de tels propos. Pour éviter une récidive, vous devez prendre des sanctions contre le directeur national de la police ».

L’Honorable Amadou Damaro Camara, rappelle que la loi de programmation militaire a été adoptée l’année passée. Mais dans le cas de figure, pour faire face à certains besoins d’équipement, il conseil au ministre « d’aller voir les partenaires pour être dans l’esprit de cette loi ».

Le doyen Jeamsdine Baldé pour sa part, « veut avoir des informations sur le mode de recrutement dans l’armée et la police ».

Elhadj Salim Bah, demande des informations sur le remboursement de l’avion tombé au Libéria en 2013 avant d’interpeller le ministre de la sécurité de faire des efforts pour endiguer le phénomène d’insécurité.

Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, également du groupe libéral-démocrate, dénonce « les propos anti constitutionnel et anti républicain de Bangaly Kourouma, directeur national de la police ». Il pense que « ces propos ne devraient pas rester impunis ».

Même son de cloche pour le vice-président de l’UFDG, Fodé Oussou Fofana qui est revenu « sur les propos du directeur national de la police avant de s’inquiéter sur ses conséquences, « s’il n’y a pas de sanction ». L’honorable Fofana « se dit être sûr qu’on n’enlèvera pas Bangaly Kourouma qui n’a aucun respect pour son ministre ».

L’uninominal de Forécariah, Lucény Fofana, observe « que les officiers supérieurs sont très bien formés et cultivés ; mais, les sous-officiers manquent de culture civique ». Une situation spécifique se pose à Forécariah, dit-il, la brigade mobile se sédentarise à Gangaya se livre au racket et à la vexation. Il dénonce « les barrages sur la route de Benty et de Farmoriah ». C’est la même chose pour les barrages sur les frontières où les populations subissent des vexations.

Le doyen Diao Kanté, vu le budget des différents départements, demande « s’il y a eu un arbitrage de ce projet de budget 2017 au niveau du gouvernement et comment le budget e la défense et la tranche annuelle du budget prévu par la loi de programmation sont gérés. Vous parlez de devises dans le cadre des missions de la paix, comment cela se passe ? Comment sont gérés les fonds générés par les passeports des missions diplomatiques ? », a notamment demandé l’ancien diplomate.

L’honorable Kalémodou Yansané, pense le contraire puisqu’à « la lecture du budget de la défense, que nous n’avons pas les mêmes chiffres. Nous, on a noté qu’il ya une augmentation de 200 milliards alors que le ministre de la défense parle d’une baisse de plus de 150 milliards. Je ne comprends pas grand-chose ». Le député dénonce les cortèges et les sirènes intempestifs à travers la ville. « Dr Ben Youssouf Kéïta et Alain Touré ont été bloqués par des gardes de corps du président de la CENI, il faut que cela cesse », lance t-il.  Il veut également connaître le sort du service du génie route.

L’uninominal de Gaoual Ousmane Diallo, remercie et félicite particulièrement le ministre de la défense pour son respect et sa ponctualité à l’Assemblée nationale. Il note que « les attentats au Mali et en Côte d’Ivoire et la présence de la Guinée à la Munisma accentuent les menaces sur le pays ». Ce député dénonce « la non application de la loi de programmation militaire, présentée comme un instrument de réforme de l’armée ». En outre, l’Honorable Diallo, dénonce « l’utilisation abusive des forces armées dans des opérations qui ne relèvent pas de son domaine. C’est le cas de l’assainissement ou les patrouilles en mer. Demande que le gouvernement arrête de faire évacuer des civils sur le budget de l’armée ».

La députée Hawa Binta Diallo, demande « quand est ce que les chantiers du camp Alpha Yaya et de l’école de la gendarmerie de Sonfonia vont être achevés ». Elle a également plaidé pour le respect du genre au sein des forces armées.

A suivre !

De l’Assemblée nationale, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : +224 628 08 98 45

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin