amadou-damaro-camaraC’est très souriant et détendu que le Chef de la majorité parlementaire, à l’écoute du réquisitoire du patron des libéraux, a pris la parole, au cours du fastidieux exercice d’explication de vote de la loi des finances initiale 2017, pour encenser à la fois les députés (de tous les bords politiques) et le gouvernement pour  la bonne collaboration.

Et pour cause, selon Amadou Damaro Camara, président du RPG-AEC, « c’est la première fois grâce à la bonne collaboration du gouvernement et de l’Assemblée, que plus de 430 milliards ont été mobilisés soit près de 46 millions $ pour le budget de l’Etat. C’est plus que ce que le Fmi et la BM ont donné à la Guinée, à l’atteinte du programme formel », a-t-il rappelé avant d’ajouter « Ceci c’est l’effort de tous les députés de toutes les tendances politiques du pays ».

Du retrait du Code électoral, Damaro dit ne pas comprendre l’attitude de l’opposition…

Pendant les 18 prochains jours, poursuit-il, « les députés doivent examiner un certain nombre de textes. Le retrait du texte sur le code électoral va prendre un certain nombre de jours ». Il souligne que « c’est la première fois, qu’un groupe de députés demandent que des textes soient établis en amont avant d’être à l’Assemblée ».

Il précise toute fois qu’il « n’a jamais été question pour la majorité de violer ni de près ni de loin les conclusions du dialogue. Le reste ce n’est que de l’agitation politique », faisant allusion aux nombreuses déclarations de l’opposition.

Se tournant vers le banc du gouvernement, Damara lance « je félicite le Premier ministre, les membres du gouvernement qui ont accepté de travailler avec l’Assemblée pour aboutir au budget ».

De la solidité du budget, Damaro ne va pas par deux chemins

Un budget c’est comme un enfant né avec une formation congénitale, rappelle t-il avant de tourner la tête vers l’opposition et demander « faut-il le jeter avec son eau de bain ou bien le soigner ? ». Je pense que c’est plutôt le second cas qui convient, souligne l’Honorable Damaro.

Revenant sur l’épilogue de l’assassinat du journaliste Mohamed Diallo, qu’avait effleuré dans ses réponses le ministre de la communication lors de son passage en plénière et suicidant une protestation de l’opposition, Le président du groupe RPG-AEC, est formel « le régime d’Alpha Condé est un paradis,… »

Il conclu son discours par lancer un appel aux députés « à voter ce budget pour financer le programme de développement de l’Etat et même payer ceux qui sont là… », faisant allusion aux opposants appelé à l’abstention par leur chef de file au Parlement.

Depuis l’Assemblée nationale, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : +224 628 08 98 45

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin