commissaire Samuel Soropogui

commissaire Samuel Soropogui

A 24 heures du début des festivités de la fête de Noël célébrée par les fidèles chrétiens le 24 décembre de chaque année, les responsables de la sécurité routière de Boké ont déjà pris toutes les dispositions pour limiter les risques d’accidents dans la circulation. Quarante deux (42) policiers sont déployés aux niveaux de tous les carrefours sensibles de la ville, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

Trouvé à son bureau dans la soirée de ce vendredi 23 décembre 2016, le commissaire spécial de la sécurité routière le colonel Samuel Soropogui, a confié à Guineematin.comqu’en collaboration avec le commissariat central et la sûreté, un programme conséquent de sécurisation de la circulation routière a été établi.

« Comme chaque année, sous l’ordre du directeur régional de la police, nous avons mis en place un dispositif de sécurité pour réduire les risques d’accidents dans toute la ville, de Baralandé (entrée de la ville) à la gare routière de 400 bâtiments (sortie). Nous avons recensés tous les carrefours sensibles qui sont au nombre de onze (11) et nous prévoyons de placer trois (3) ou quatre (4) agents par carrefour. Ils resteront sur les lieux de 18 Heures à 6 Heures du matin. L’effectif total des agents disponibles est de 42 ; c’est très petit mais comme ce n’est pas la volonté qui nous manque nous ferons notre mieux. Il y aura une équipe qui va sillonner pour voir ce qui se passe à travers les grands lieux de rencontres », a expliqué le commissaire spécial de la sécurité routière de Boké.

Pour finir, le commissaire Samuel Soropogui rassure les usagers de la route que les forces de sécurité ne seront pas là pour faire du mal ou un contrôle de papiers, plutôt ils sont déployés pour faire ralentir les vitesses des conducteurs et permettre aux fidèles chrétiens de passer la fête sans failles.

« Je demande aux conducteurs de collaborer avec les forces de sécurité qui ne sont déployées que pour leur sécurité. Ils vont placer une corde pour ralentir les vitesses. Si dans leur contrôle physique ils voient des conducteurs en état excessif d’ébriété, ils vont les immobiliser jusqu’à ce qu’ils se retrouvent. Ils ne feront pas payer des contraventions ou emprisonner quelqu’un », précise-t-il.

Ainsi, on peut estimer qu’avec ces nouvelles dispositions prises par les forces de sécurité, les 24 et 31 décembre 2016 vont passer dans la ville de Boké sans incidents majeurs.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242 / 666 952 215

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin