En dépassant largement les prévisions de l’année, Aboubakar Makhissa Camara donne ainsi largement la preuve d’une bonne gestion du secteur fiscal guinéen avec une plus-value inespérée. La mise en pratique des recommandations de la retraite de Fria, après sa nomination, et l’engagement pris par les cadres de son secteur ont sans doute contribué positivement à l’augmentation et à l’amélioration des contributions diverses de tous les imposables du secteur informel au secteur tertiaire, en passant par les grandes entreprises, chacun a compris quel doit être désormais son apport dans l’accumulation de la richesse nationale.

C’est en cela que la métamorphose dans ce secteur a apporté des résultats aussi encourageants qui ne sont certes pas une fin, mais un début de l’engagement dans la transparence des activités fiscales au bénéfice de l’Etat guinéen.

L’exercice actuel avec les résultats obtenus doit motiver pour les prochaines échéances. Le travail doit se faire à tous les niveaux pour que les problèmes actuels de la fiscalité soient maîtrisés au même niveau par les contribuables qui désormais ne payeront leurs impôts qu’aux bureaux strictement prévus à cet effet. L’informatisation du réseau au niveau de Conakry et très prochainement sur tout le réseau national permettra davantage à l’administration fiscale d’avoir un droit de regard et de contrôle en temps réel sur toutes les activités de sa chaîne.

La confiance dans la méthode de travail, dans le contrôle des activités seront le créneau de l’administration actuelle qui se donne encore surtout comme objectif de mieux faire que les résultats obtenus à ce jour. Ce pari sera atteint, il devra être atteint, n’en déplaise aux calomniateurs qui ne pourront pas dire que 400 milliards n’ont pas été mobilisés pour le compte de l’exercice 2016, dépassants largement les prévisions.

Par exemple, des chiffres qui parlent : en octobre 2016, pour régulariser les RTS (retenues sur traitements et salaires) des employés, licenciés, de Rio Tinto, pour le mois de septembre 2016, la société SIMFER S.A. a émis deux chèques ; N°01894028 de 27 603 468 417 de Francs guinéens et N°01894029 de 1 020 623 017 de Francs guinéens de la BICIGUI. Ce, au nom du Receveur Spécial des Impôts pour le compte du Trésor public, un compte domicilié à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG).

Une mission de l’inspection générale de la présidence a félicité la nouvelle direction des impôts et a encouragé la poursuite pour 2017 dans la mobilisation des ressources. Même si des personnes tapies dans l’ombre cherchent à nuire l’image du jeune directeur, Aboubacar Makissa Camara, en l’accusant d’avoir détourné 27 milliards. Toute chose démentie par une mission d’audite. L’enfant de Fria poursuit et poursuivra la tâche qui lui a été confié par sa hiérarchie, malgré les embûches dressées ici et là.

À bon entendeur, demi-mot suffit.

Ibrahima Diallo

DG de la Radio « Liberté FM »

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin