Depuis la nuit du 26 au 27 décembre 2016, les jeunes de Sangaredi ont manifesté leur mécontentement face aux sociétés évoluant dans leur localité, notamment CBG, GAC, COBAD, ENAN CHINE qui refusent de les employer, a appris le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Les manifestants reprochent à ces sociétés d’avoir toujours discriminé les jeunes de Sangaredi au profit de ceux de Kamsar ou d’ailleurs. Les jeunes ont donc empêché les travailleurs de la CBG de se rendre aux services en barricadant, la route qui mène vers la mine et celles rentrant dans toutes les différentes installations de la société.

Selon monsieur Moustapha Barry de l’association pour la promotion de l’emploi des jeunes à Sangaredi et porte parole des manifestants, il y avait sept (7) points de revendications dont les plus importants sont :

1) L’annulation pure et simple d’une liste de 131 personnes affichées suite à un test de recrutement au compte de la CBG, dans laquelle ne figurent que trois (3) jeunes de Sangaredi ;

2) L’organisation des tests de recrutement à la CBG à Sangaredi (au lieu que ça ne soit seulement à Kamsar) ;

3) La prise en charge des quatorze (14) jeunes de Sangaredi qui avaient été déployés à Kamsar au compte de Laguipress, mais rejetés par les responsables locaux et les jeunes de Kamsar.

Aussitôt informé par les autorités locales, le Préfet Mohamed Lamine Doumbouya s’est rendu à Sangaredi où il a réuni, à la mairie, quelques responsables des différentes sociétés, les autorités locales et les représentants des jeunes protestataires.

Au bout d’un entretien qui a duré environ deux heures, trois points essentiels de revendications sur les sept (3/7) ont été résolus.

Joint au téléphone par Guineematin.com à sa sortie de salle, le Préfet de Boké, monsieur Mohamed Lamine Doumbouya, a accepté de nous résumer leur entretien. « Sur place, le directeur des mines a donné instruction d’enlever la liste des 131 personnes affichée et de l’annuler complètement. Et une nouvelle date sera fixée pour reprendre le test de recrutement. Les jeunes ont également posé une doléance qui a été acceptée ; celle d’organiser désormais les tests de recrutement à Sangaredi. Il y avait aussi le cas des 14 jeunes de Laguipress qui ont été refoulés par ceux de Kamsar par faute d’information de la part de la société qui les a mandatés. Mais, là aussi, les responsables de Laguipress ont tenu un engagement de donner la priorité à ces 14 jeunes au prochain recrutement. Enfin, nous nous sommes entendus avec les jeunes pour une rencontre le 5 janvier 2017 où nous allons faire venir toutes les sociétés autour d’une table, les jeunes vont poser toutes leurs préoccupations. Et, sous l’arbitrage des autorités administratives que nous sommes, nous allons faire en sorte que leurs doléances soient prises en compte », a expliqué monsieur le préfet, Mohamed Lamine Doumbouya.

Par ailleurs, le Préfet a salué la maturité civique des jeunes de Sangaredi qui ont su manifester pacifiquement sans s’attaquer à un édifice ou à une personne. Ils n’ont fait qu’ériger des barrages pour exprimer leur ras-le-bol, a-t-il précisé.

Enfin, on apprend que les barrages ont été levés suite à l’intervention du Préfet. Ainsi, les travaux ont repris dans l’après-midi de ce mardi 27 décembre 2016, en attendant le rendez-vous du jeudi 5 janvier prochain pour un dialogue franc entre les sociétés dénoncées, les jeunes de Sangaredi et les autorités communales et administratives.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242 / 666 952 215

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin