Faranah : l’admission d’une collégienne à la fonction publique crée la stupeur…

De nombreux candidats qui ont participé au test de recrutement à la Fonction publique au compte de l’Enseignement pré universitaire ont évoqué des cas de corruption qui se seraient passés. Des candidats auraient déboursé d’importantes sommes d’argent dans l’espoir d’être admis, même si le rêve a viré au cauchemar pour certains d’entre eux, a appris Guineematin.com, de sources bien informées.

Mais, l’un des cas les plus étonnants s’est produit dans la ville de Faranah où, selon nos informations, une élève en classe de 9ème année, au collège 2 de la place, serait bien admise au test de recrutement au compte de l’enseignement élémentaire. Notre source basée à Faranah précise que la collégienne dont-il s’agit éprouve aujourd’hui une peur bleue et est très méfiante, car la nouvelle de son admission se propage lentement.

Pour vérifier les faits, Guineematin.com a pu joindre au téléphone la collégienne mise en cause. Très prudente, notre interlocutrice nous conseille dès au début de ne pas nous « mêler de ce problème », selon ses propres mots, avant de nier les faits. « Qui vous a donné mon numéro ? Je ne vous connais même pas, et ne vous mêlez pas de ce problème », lance-t-elle sur un ton violent.

Devant notre insistance, la collégienne rétorque qu’elle n’a pas fait le test. « Je ne sais pas de quoi vous parlez, je n’ai pas fait de test et ce n’est pas moi », réplique-t-elle.

Un contractuel au collège 2 de Faranah, un des professeurs de la mise en cause dit en avoir entendu parler et se pose énormément de questions. « Je la connais personnellement. On se demande nous-mêmes si c’est vrai. Comment cela est-il possible ? C’est quelqu’un qui l’a fait pour elle ou bien c’est elle-même ? C’est plus qu’étonnant, puis que si une élève est admise alors que ses enseignants ne le sont pas, c’est serait bien le monde à l’envers », dit le contractuel.

Par ailleurs, dans la même préfecture de Faranah, un contractuel non admis a dit à notre reporter que pas moins de six candidats auraient déboursé 5 millions de francs pour donner à une commission logée à l’hôtel Fria. La première moitié (2 millions et demi) aurait été donnée avant l’examen, quant à l’autre moitié, elle devrait être versée à la commission après la proclamation des résultats du test. Notre source ajoute que tous les six contractuels sont admis.

Dans la même lancée, un contractuel communautaire évoluant dans la région de Labé a confié à Guineematin.com, ce vendredi 13 janvier 2017, connaître des candidats « qui ont donné trois (3) millions de francs guinéens pour qu’on règle leur affaire.  On leur avait demandé dix millions de francs guinéens au départ ; mais, c’était exorbitant pour eux. Malheureusement, ils ne sont pas admis et ils ne peuvent pas réclamer leur argent », a expliqué notre source.

Autant dire que ce test qui fait couler actuellement tant d’encre et de salive à travers la Guinée, est loin d’avoir livré tous ses secrets.

Affaire à suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS