Guinée : trois Béninois innocentés après avoir passé 9 mois de détention pour vol à Conakry

Philémon Tacham, Joseph Haba, Mabeh Ariane Ankel et Benjamin Tojo- tous étudiants ressortissants de la République du Bénin- sont accusés d’avoir soustrait frauduleusement une somme de 37 800 000 francs guinéens au préjudice d’un autre Beninois,  Roger Kuenom. Ils logeaient chez Roger Kuenom sans contrepartie, au quartier Camayenne, a appris un reporter de Guineematin.com qui était au tribunal de première instance de Dixinn ce mardi 24 janvier 2017.

Ces étudiants séjournent en Guinée dans le cadre de leurs études en Médecine. Courant l’année  2016, monsieur Kuenom a eu besoin d’argent et il a revendu une de ses parcelles se trouvant au Bénin. Une somme de 3 millions de Francs CFA issue de cette vente,  reconvertie en francs guinéens a été transférer en Guinée.  Après avoir reçu  cet argent qu’il gardait par devers lui dans les tiroirs de sa chambre, la somme a été aussitôt enlevée. Ne sachant plus à quel saint se vouer, il a porté plainte contre lesdits étudiants.

Arrêtés et mis en prison depuis le 10 avril 2016, les prévenus ont comparu ce mardi 24 janvier 2017 au Tribunal de Première Instance de Dixinn pour apporter leur part de vérité sur cet état de fait. Défilant à tour de rôle à la barre, ils ont tous nié les faits qui leurs sont reprochés.

Selon les trois premiers qui sont cités, ils occupent les annexes et ne savent rien de ce qui se passe à l’intérieur de la grande maison où il y a eu vol.

Devant le tribunal, la partie civile a émis de regret pour avoir mis tout ce temps en prison ces étudiants qu’elle  qualifie d’innocents. Elle a avoué en disant que le voleur de cet argent est seulement  Benjamin Tojo.   « C’est Benjamin qui a une chambre à l’intérieur de la grande maison. Il était le seul présent, la nuit où cette somme a disparu. Et depuis, il a pris la tangente en allant au Benin. C’est de là-bas qu’il nous a appelé pour nous dire que c’est lui qui a pris l’argent », a avoué le représentant de la partie civile.

Dans ses réquisitions, le procureur a demandé la relaxe pure et simple des étudiants pour délit non constitué. Même son de cloche pour la défense. Et au moment de la délibération, le tribunal a suivi les sollicitations du ministère public et celles de la défense en ordonnant leur  relaxe  pour délit non constitué.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS