C’est demain, lundi 30 janvier 2017 que s’ouvrira le 28ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA) à Addis Abeba (Ethiopie). Parmi les sujets importants de ce sommet, la réintégration du royaume du Maroc trente-trois ans après son départ de l’OUA qui est l’ancêtre de l’UA, en 1984, sous l’impulsion du roi Hassan II, qui protestait ainsi contre l’admission au sein de l’institution de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario au Sahara occidental, un territoire que Rabat considère comme sien.

Aujourd’hui, c’est son fils et héritier du trône, Mohamed VI, qui tentera ce retour. Les 54 chefs d’Etat membres de l’Union africaine se prononceront sur l’acceptation ou non du retour du royaume chérifien.

L’autre sujet important de ce 28ème sommet de l’Union africaine est la succession de Nkosazana Ndlamini-Zuma (probable future candidate de l’ANC aux élections présidentielles sud-africaines) à la tête de la commission, cinq ans après son élection.

Reporté en juillet dernier après sept tours de vote -aucun des trois candidats d’alors n’avaient pu/su rallier les deux tiers des voix à son projet-, le scrutin pour désigner le successeur de Ndlamini-Zuma aura lieu le mardi prochain, 31 janvier 2017. Cette fois ci, un vainqueur pourrait bien sortir des urnes. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement votant auront le choix entre 5 candidats déclarés. Parmi les prétendants à ce poste stratégique, on note deux candidats déjà présents en juillet dernier à Kigali, deux femmes, trois cinquantenaires et quatre ministres des Affaires Etrangères en activité. Ce sont : Pelonomi Venson-Moitoi (Botswana), 65 ans, Ministre des Affaires Etrangères ; Agapito Mba Mokuy (Guinée Equatoriale), 51 ans, Ministre des Affaires Etrangères ; Moussa Faki Mahamat (Tchad), 56 ans, Ministre des Affaires Etrangères ; Amina Mohamed (Kenya), 55 ans, Ministre des Affaires Etrangères ; et, Abdoulaye Bathily (Sénégal), 69 ans, Ancien Représentant de Ban Ki-Moon pour l’Afrique Centrale.

Pour la Guinée, c’est le président Alpha Condé qui est candidat de la CEDEAO à la présidence tournante pour succéder au dictateur tchadien, Idris Déby Itno. Egalement, madame Kadiatou Bah est candidate au poste de Commissaire en charge des Infrastructures et de l’Energie. Ce sont, en tout, huit (8) commissions qui changeront de leadership à l’issue de cette session.

A suivre sur Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin