Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) avaient appelé les travailleurs du secteur à observer un mouvement de grève à partir de ce lundi 06 janvier 2017. L’avis de grève «  a été suivi » aussi bien à l’intérieur du pays qu’à Conakry, a appris Guineematin.com du secrétaire général du SLECG.

Selon Dr Souleymane Sy Savané joint au téléphone ce lundi après-midi, le constat dans l’enseignement supérieur est que « les enseignants sont dans le mouvement à l’intérieur comme à Conakry ».

Mais, selon le constat fait par un de nos reporters à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, la réalité est tout autre. Répondant à cet état de fait, Dr Sy Savané estime que « c’est dans les salles de classes où les experts russes enseignent qu’il y a eu court », soutient le secrétaire général du SLECG.

Par ailleurs, en ce qui concerne l’université Général Lansana Conté de Sonfonia, Dr Sy Savané dit que l’institution « a été vidée » par les enseignants. «Il n’y  a pas eu cours à Sonfonia », lance laconiquement le syndicaliste, qui ajoute que le mouvement va se poursuivre et qu’il est illimité tant que leurs revendications ne sont pas prises en compte par le gouvernement.

Il faut rappeler que l’intersyndicale de l’éducation est en désaccord avec le gouvernement pour plusieurs raisons : la nouvelle grille indiciaire qui a connu une diminution de quelques points, la mise à un même niveau entre les nouveaux fonctionnaires et les anciens, les conditions d’organisation et de publication du concours de recrutement à la fonction publique ayant conduit à la grogne des contractuels de l’éducation, ….

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17  

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin