Grève de l’intersyndicale de l’éducation : le mot d’ordre est très peu suivi à l’Université de Sonfonia

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) ont lancé une grève illimitée depuis le lundi 06 février 2017.  A l’université Général Lansana Conté de Sonfonia le mouvement n’est suivi que partiellement, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le mot d’ordre de grève lancée par l’intersyndicale SLECG et le FSPE, n’est que très peu suivi à l’université de Sonfonia. Les étudiants que nous avons eu à interroger hier mardi 07 février 2017, ignorent pour la plupart l’existence d’une grève des enseignants. C’est à l’image de Mohamed Lamine Sylla, étudiant au Département lettres modernes, qui a dit ne pas sentir l’effet d’une quelconque grève sur le déroulement des cours : « nous suivons régulièrement les cours depuis hier et tous nos professeurs sont présents et nos collègues viennent aussi », a-t-il fait savoir.

Contrairement à Mohamed Lamine Sylla, Ibrahima Moussa Condé, étudiant à la faculté des sciences et civilisation de la langue arabe, a lui dit avoir constaté des perturbations sur le déroulement des cours, ce depuis la semaine dernière. « Effectivement, la semaine dernière, nous avons eu l’information selon laquelle il y a une grève qui a été lancée. Donc, le premier jour, c’était le mardi, on a constaté la perturbation des cours parce que les professeurs ne sont pas venus. Personnellement, en tant que responsable de classe, j’ai reçu l’appel de notre professeur de Linguistique qui m’a dit qu’il ne viendra pas, estimant que les syndicats défendent leur cause. Le jour qui a suivi aussi, nous n’avons pas eu de cours, il y a eu des perturbations », a expliqué Ibrahima Moussa Condé, tout en rappelant que les cours ont repris mais pas comme d’habitude.

De son côté, Camara Alassane José, enseignant chercheur à l’Université Général Lansana Conté en licence 3, Animation Culturelle, dit donner cours, non pas par qu’il n’est pas concerné par la grève, mais parce qu’il n’est pas informé. « Vraiment ce matin, c’est ma première nouvelle de savoir qu’il y a une grève des enseignants en Guinée. Si je savais qu’il y a cette grève, je n’allais pas venir aujourd’hui parce que, je suis concerné par cette situation là. Ce qui veut dire que quelque part, il y a un manque d’information et que si les informations arrivent à tous les niveaux, vraiment ça va être un mouvement général », a-t-il laissé entendre.

Abdoulaye Touré, vice- recteur chargé des études dit ne pas être concerné par cette grève, puisque « le syndicat auquel nous nous sommes affiliés n’est pas signataire de cette grève ».

À rappeler que l’intersyndicale est en désaccord avec le gouvernement sur plusieurs points dont entre-autres : la nouvelle grille indiciaire qui a connue une diminution de quelques points, les conditions d’organisation et de publication du concours de recrutement à la fonction publique…

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS