Mamou : deux anciens élèves condamnés à 3 et 5 ans de prison ferme pour vol aggravé

Le procès des accusés, Boubacar Biro Diawara, Mamadou Saliou Keïta dit Akalil, (tous deux anciens élèves au lycée Doukouré) et Elhadj Mamadou Sylla dit Sizla, apprenti vitrier, s’est tenu ce Mercredi 8 Février 2017 au tribunal de première instance de Mamou. Ces prévenus étaient poursuivis pour vol aggravé, coups et blessures volontaires, violences et complicité, faits prévus et punis par les articles 373, 374, 239, 240, 19 et 20 du code pénal guinéen. Les deux premiers ont été condamnés respectivement à 3 ans et 5 ans de prison ferme et le troisième a été renvoyé aux fins de la poursuite, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant local.

Les faits remontent au Mardi 11 Octobre 2016 lorsque Boubacar Biro Diawara et Mamadou Saliou Keïta, muni d’un pistolet à fabrication locale, ont agressé et brigandé le jeune élève Mamadou Aliou Barry, âgé de 16 ans, derrière le bâtiment qui abrite les classes de 11ème et Terminale science sociale au lycée Elhadj Aboubacar Doukouré.

A la barre, Boubacar Biro Diawara a plaidé coupable. Mais, dans ses premières explications, il s’est fait passer pour le sauveur qui avait voulu éviter le pire à Mamadou Aliou Barry.

« Je voulais secourir le petit contre Mamadou Saliou Keïta qui le menaçait à l’aide d’un fusil. C’est dans ce bras de fer entre mon ami Keïta et moi que le tir est parti. Les balles m’ont atteint à la cuisse gauche », a laissé entendre Diawara, avant de faire volte-face et revenir sur sa déposition sous la persistance du président du tribunal.

« C’est moi qui est menacé Mamadou Aliou à l’aide d’un fusil. Mais, j’ignorais que le fusil était chargé », a-t-il soutenu.

Sur les intentions qui les animaient, son complice et lui lors de cette attaque, Boubacar Biro Diawara ne tergiverse pas. « C’était pour voler. Mais, moi, je n’ai rien pris avec le petit. C’est mon ami qui a pris son téléphone et son argent», a-t-il déclaré, tout en précisant que le pistolet appartenait à son complice Mamadou Saliou Keïta.

Pour la victime, Mamadou Aliou Barrry, c’est bien Boubacar Biro Diawara qui a pointé le pistolet sur son front et c’est lui aussi qui lui avait pris son téléphone et son argent (2 000 GNF).

« C’est Diawara qui a sorti le pistolet de sa poche et l’a pointé sur mon front. Il m’a demandé de lui donner ce que j’avais sur moi. Je lui ai donné mon téléphone Tecno P5. Il a réclamé encore. J’ai sorti deux mille francs que je lui ai remis. Mais, quand il m’a réclamé mon sac à dos, j’ai protesté. Il a alors chargé le fusil et il a menacé de tirer. C’est en ce moment que je me suis saisi du bout de l’arme par ma main gauche et je l’ai orienté vers le bas. Au moment où il appuyait sur la gâchette, j’ai tourné le canon vers lui et le tir est allé droit dans sa cuisse », a expliqué Mamadou Aliou Barry, tout en précisant que Diawara avait remis le téléphone et l’argent à Mamadou Saliou Keïta qui se trouve encore en cavale.

Quant au prévenu Elhadj Mamadou Sylla, il a plaidé non coupable. « Je ne connais rien de cette affaire. C’est à la radio que j’en ai entendu parler et le lendemain les agents sont venus m’embarquer pour la gendarmerie », a-t-il confié au tribunal.

L’innocence de Mamadou Sylla sera confirmée par Boubacar Biro Diawara qui admet l’avoir cité à tort dans cette affaire. « Les gendarmes m’ont interrogé à l’hôpital. Je me tordais de douleur et j’ai dit tout ce qui m’est venu à la tête. Mais, Sylla n’étais pas avec moi au moment des faits », a avoué Diawara.

Dans ses réquisitions, le ministère public a demandé cinq ans de prison ferme contre Boubacar Biro Diawara et une interdiction de séjour de 3 ans à Mamou. Il a demandé au tribunal de condamner Mamadou Saliou Keïta par défaut à cinq ans de prison ferme et de décerner un mandat d’arrêt contre lui et le renvoie de Elhadj Mamadou Sylla aux fins de la poursuite.

Dans sa délibération, le tribunal a condamné Boubacar Biro Diawara à trois ans de prison ferme et à une interdiction de séjour de 3 ans à Mamou. Quant à Mamadou Saliou Keïta, en cavale, il a écopé par défaut de 5 ans de prison ferme et un mandat d’arrêt a été décerné contre lui. Par contre, Elhadj Mamadou Sylla a été envoyé aux fins de la poursuite.

Rappelons que le tribunal a mis les frais et dépenses effectué par la partie civile à la charge des condamnés.

De Mamou, Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS