Moustapha Naïté, ministre de la Jeunesse

Moustapha Naïté, ministre de la Jeunesse

La maison des jeunes de Pita, autre fois une permanence laissée par la révolution a été rénovée et mis à la disposition des bénéficiaires en 2015. Depuis lors, aucun écrit du département de la jeunesse n’est encore paru pour confier la gestion de cette infrastructure juvénile à un directeur. Une situation qui au-delà de l’amertume et de l’inquiétude constitue un handicape dans la réalisation de certaines activité de jeunesse dans ladite préfecture, a appris Guineematin.com à travers sa correspondante.

Plusieurs démarches ont été menées pour l’obtention d’un directeur, « Mais Hélas! jusqu’ici nos actions n’ont débouché sur rien de concret. La jeunesse s’était mobilisée pour aller voir le DPJ, il nous a rassuré que les dossiers de certains jeunes ont été remontés au ministère. A chaque fois qu’on se plaint, il nous indique que lui, il a déjà fait son travail et que le dernier mot revient au département de la jeunesse. Depuis lors, chaque jour, on attend qu’on nous annonce enfin qui est le directeur de la maison des jeunes » a confié à Guineematin.com, Mamadou Aliou 2 Bah, pair éducateur à Pita avant d’évoquer quelques conséquences de cette vacance de directeur « C’est une réalité, on a toujours pas un Directeur de maison de jeunes. Moi particulièrement, je n’ai jamais connu un directeur de cette infrastructure juvénile. Cela constitue un handicape dans l’exercice des activités juvéniles dans la préfecture de Pita.  on rencontre beaucoup de difficultés résultant de cette vacance de directeur. Si une structure n’a pas de tête, chacun fera les chose comme bon lui semble. Souvent on programme des activités sans savoir à qui se référer. Et actuellement, on en sait absolument rien sur la gestion financière de la maison. S’il y’a un Directeur, cela favorisera la mise en place d’un comité de suivi pour ainsi veiller à l’entretien  de l’infrastructure dont la gestion m’inquiète vraiment ».

Cependant, désolé de cette situation et déçu du ministère de la jeunesse, Mamadou Aliou 2 Bah, exhorte le ministère de tutelle à solutionner ce problème qui perdure « Depuis les évènements de 2007, la jeunesse a promis plus de casse à Pita. Donc, on va patienter encore mais il faudrait que les autorités compétentes agissent le plutôt que possible car on ne sait jamais ce que demain nous réserve ».

Interrogé sur le même sujet, le directeur préfectoral de la jeunesse de Pita, Ousmane Keita, a d’abord reconnu le désarroi de la jeunesse avant d’appeler les jeunes à plus de responsabilité « C’est la première fois que Pita a une maison des jeunes. Pratiquement, Pita n’a pas connu une maison de jeune comme tel. Auparavant, c’était une maison laissée par la révolution. Cette maison était très délabrée, donc, nécessitait pas la nomination d’un directeur. C’est une réalité cette vacance de Directeur, et cela constitue un handicape. Cependant, c’est au ministère qui nomme le directeur sous propositions des représentants locaux. Très malheureusement, nous avons déjà envoyé nos proposition mais jusqu’ici, on a pas encore eu de feedback. Pita n’est pas le seul dans ce problème mais cette maison malgré tout fonctionne car nous avons mis en place une commission de gestion provisoire. Aux jeunes, je demande de patienter et de recourir au dialogue en cas d’incompréhension » a t’il indiqué !

A l’image de la maison de jeune de Pita, plusieurs autres maisons et foyers de jeunes du pays présentent de nombreuses caractéristiques de carences dans leur gestion et organisation.

De Labé, Yayé Aïssata Diallo pour Guineematin.com

Tél: (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin