La plateforme Nationale des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD) a lancé ce vendredi 10 février 2017, le projet de « promotion de la mobilisation et de la sécurisation des recettes fiscales à travers l’analyse du budget ». Pour ce faire, la PCUD a procédé à la présentation de la méthodologie de travail pour la collecte et les traitements des informations, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Au cours de cette présentation, le président de la PCUD, Abdourhamane Sanoh a expliqué que « de nombreuses insuffisances constituent des défis à relever dans le cadre de l’accroissement et de la rationalisation des ressources publiques. Notamment l’évaluation correcte du potentiel fiscal, ainsi que les fraudes  assimilées, les avantages fiscaux injustifiés accordés à certaines entreprises, l’iniquité dans le traitement des différentes catégories de contribuables, la faible capacité de contrôle de l’administration fiscale », a-t-il cité entre-autres.

Par ailleurs, le président de la PCUD révèle qu’il y’a « un grand besoin de transparence dans la passation des marchés publics et de rationaliser les dépenses publiques. Et pour atteindre les objectifs, il faut une contribution positive des acteurs non étatiques aux efforts d’amélioration de la gouvernance des ressources publiques et des conditions de vie des populations », a-t-il souhaité.

En collaboration avec le réseau des cellules de veille citoyenne, la PCUD compte informer les principaux acteurs concernés pour une compréhension partagée du projet en vue d’une meilleure collaboration à la réalisation d’une étude référentielle de l’exercice fiscale 2017.

Prenant  la parole en marge de la cérémonie, le directeur national des impôts a salué  l’initiative car les défis à relever son important. Pour Camara Makissa « le rôle de la société civile n’est pas que de revendiquer, mais c’est aussi  réfléchir et analyser les différents problèmes qui assaillent l’administration, mais aussi proposer les projets de reforme pour pouvoir intégrer afin de réorganiser l’administration. Elle doit être au service du citoyen, mais aussi au service du développement ».

Enfin le directeur national des impôts a souhaité que ce genre d’initiatives se multiplie pour mieux sensibiliser les citoyens, mais aussi les agents et des services de l’État pour empêcher que 20% de la population prenne en charge le coût de l’impôt de l’ensemble.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 620848501

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin