L’assemblée générale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) s’est tenue ce samedi 11 février 2017 sous la présidence de son leader Cellou Dalein Diallo. Le chef de file de l’opposition était entouré de ses principaux lieutenants : Dr Fodé Oussou Fofana, Ben Youssouf Kéita, Bano Sow, Cherif Bah. L’essentiel du débat a tourné autour de l’Alliance signée récemment avec l’UDG de Mamadou Sylla et la gouvernance économique de notre pays, a constaté Guineemtin.com, à travers un de ses reporters.De nombreux militants de l’UFDG ont pris part à cette assemblée générale au cours de laquelle Cellou Dalein Diallo est revenu sur l’alliance signée il y a deux jours avec Mamadou Sylla du parti Union Démocratique de Guinée (UDG). Pour le chef de file de l’opposition, cette signature « est une victoire pour l’UFDG parce qu’avec le temps, la vérité finit toujours par triompher. C’est vrai que nous sommes habitués à accueillir ici beaucoup de militants qui ont décidé de quitter le navire RPG-Arc-en-ciel. Ils se joignent à nous pour mener le combat pour le triomphe de la démocratie, de la justice et de l’Etat de droit dans notre pays. Nous devons nous en réjouir », estime Cellou Dalein Diallo.

Pour ce qui est de la gouvernance économique de la Guinée, le président de l’UFDG est revenu sur ce qu’il appelle « la crise que traverse notre pays ». Selon lui, il y a « une dilapidation des ressources. Cette mauvaise gouvernance est dans tous les secteurs. Notre groupe parlementaire a refusé de voter le volet dépense du budget national parce que les ressources sont mal affectées. Le gouvernement accorde peu d’intérêt au secteur de l’éducation avec moins de 13 % du budget. La primature a un crédit plus important que le ministère de l’agriculture », dénonce Cellou Dalein.

Par ailleurs, le président de l’UFDG a évoqué les nouvelles conventions qui lient le gouvernement guinéen et la CBG. « L’atout majeur pour la Guinée est d’exiger de construire des usines d’Alumine pour créer des emplois. Aujourd’hui, la bauxite c’est de la carrière au débarcadère. Aucune transformation. La CBG a deux transformations, la calcination et le calibrage. Il n’y a pas transformation en Alumine, mais il y a un peu d’emploi. Aujourd’hui, aucune société n’est obligée de construire des usines. La CBG, depuis sa création, pour chaque tonne de bauxite extraite, a rapporté au trésor public 11 dollars. Mais les nouvelles conventions, c’est 2 dollars par tonne de bauxite. Ils vont me démentir s’ils veulent, moi je vous donne des chiffres vrais. Notre pays est mal géré », finit-il par déduire.

Alpha Mamadou Diallo pour Guinematin.com

Tél.: 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin