Le  jeune Thierno Mouctar Diallo est accusé d’avoir frauduleusement soustrait à Sonfonia dans la commune de Ratoma, les matériaux de constructions se trouvant dans le chantier de Thierno Sada Diallo, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon la victime,  Thierno Mouctar est venu à quatre reprises dans son  chantier pour voler. «La première fois, ils sont venus la nuit. Ils m’ont enfermé  à l’aide d’un cadenas dans le magasin où je dormais. J’ai crié au secours. Après, ils ont pris la fuite sans pouvoir rien  prendre cette nuit-là », explique-t-il.

Poursuivant sa narration des faits, monsieur Diallo dit que le second cas de vol a eu lieu lorsqu’il est parti dans son village à Mamou. A l’en croire, c’est à partir de Mamou que madame Diallo l’a appelé pour l’informer que les voleurs ont vidé tout le contenu du chantier. « J’ai arrangé tous les matériaux avant de partir à Mamou. Ils sont venus prendre les planches pour les revendre. Quand ils sont venus enlever les planches, monsieur Touré les a pourchassé jusqu’à l’aube. C’est en ce moment qu’il a reconnu  Thierno Mouctar », précise-t-il.

C’est ainsi qu’à travers une plainte, le présumé auteur de vol a été  arrêté et mis en prison depuis le 30 décembre 2016.  Et pour être jugé, l’affaire a été déférée au Tribunal de Première Instance de Dixinn, où victime et présumé voleur s’accusent réciproquement.

A la barre, Thierno Mouctar nie les faits articulés contre lui. Il dit que c’est le plaignant même qui a revendu les matériaux avant de s’embarquer pour Mamou. Pour preuve dit-t-il, « Thierno Sada m’a dit de lui chercher des clients pour qu’il puisse revendre  les anciennes planches et certains fers à béton. Il m’a dit qu’il ne veut pas laisser ces planches dans le chantier et aller à Mamou, sinon les insectes vont les détruire.  Ensuite, il a l’habitude de me charger de ce genre d’affaires. J’ai même assisté à plusieurs reprises à des ventes des matériaux qu’il effectue dans le chantier », s’est-t-il défendu en tentant de charger la prétendue victime.

Dans sa réplique, le plaignant a laissé entendre que son souci c’est comment avoir les matériaux pour faire évoluer les travaux dans le chantier que son petit frère lui a confié et non pour revendre ce qui est déjà acheté. « C’est vrai, il a l’habitude de m’assister dans certains travaux. Mais,  je ne lui ai jamais demandé de chercher un client pour revendre les matériaux. D’ailleurs, mon  souci,  c’est comment avoir des matériaux  pour faire évoluer les travaux dans le chantier et non  pour les revendre », a-t-il répliqué.

Après cette audition contradictoire, le Tribunal a jugé opportun de renvoyer  le dossier au 27 février 2017 pour la suite des débats et la comparution de certains témoins, notamment monsieur Touré qui dit avoir reconnu le présumé voleur à l’aube.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin