Joint au téléphone dans la soirée de ce dimanche 19 février 2017, Boussouriou Diallo, activiste des droits humains, a expliqué à Guineematin.com que l’artiste Elie Kamono a déjà été auditionné par un commandant et qu’il passera cette nuit au PM3. Mais, ses amis et membre du collectif, « la Voix du peuple »  appellent déjà à un grand rassemblement demain, lundi, devant le PM3 pour réclamer sa libération.

« Nous sommes un collectif dénommé « la Voix du peuple » pour réclamer la réouverture des classes. Même hier, nous étions en réunion à Commandanya avec Elie Kamano, la coordination des élèves et étudiants de Guinée, le parlement des jeunes leaders de Guinée, des activistes de la société civile et des responsables des ONG de défense des droits de l’Homme », a indiqué monsieur Diallo.

Selon l’activiste des droits humains et membre de ce collectif, « au cours de cette réunion, la coordination des élèves et étudiants a maintenu sa marche de Dixinn à la Primature. Le mouvement, « la Voix du peuple » devait organiser un sit-in devant les trois ministères de l’éducation. Au cours de cette rencontre, à Commandanya, Elie Kamano a reçu un texto l’invitant à rencontrer des enseignants contractuels. A cette rencontre, ses interlocuteurs lui ont dit que la grève est suspendue », a indiqué Boussiriou Diallo.

Et, finalement, ce dimanche, Elie Kamano a été arrêté à 13 h, « sans mandat et sans convocation » pour être conduit au PM3. « Le commandant qui l’a auditionné lui a signifié que c’est le procureur de la République qui s’est autosaisi suite à sa communication chez les Grandes Gueules (de la radio Espace Fm, ndlr) dans laquelle il aurait tenu des propos appelant à la rébellion », a précisé l’activiste des droits humains qui était au PM3 pour soutenir l’artiste.

Enfin, monsieur Boussiriou Diallo rapporte qu’à la question du commandant de la gendarmerie qui aurait demandé à Elie Kamano « en tant que qui il s’est exprimé » sur Espace Fm, l’artiste aurait dit avoir parlé en tant que parent d’élève, précisant qu’il paye l’école pour des enfants qui sont aujourd’hui victimes de la fermeture des classes.

A rappeler que cet après-midi, au-delà des activistes des droits humains et des membres du collectif « la Voix du peuple », il y avait des acteurs politiques et d’autres membres de la société civile au PM3 de Matam pour soutenir l’artiste Elie Kamano.

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin