Après avoir examiné et adopté, pendant onze jours, un certain nombre de textes, les députés guinéens ont bouclé ce vendredi 24 février 2017 la session extraordinaire. Après la cérémonie de clôture de cette session, un reporter de Guineematin.com a interrogé certains élus.

Honorable Amara Damaro Camara, président du Groupe parlementaire RPG arc-en-ciel

C’était une session extraordinaire qui avait pour ordre du jour l’examen et l’adoption d’un certain nombre de codes. Le code électoral, le code des collectivités, le haut conseil des collectivités et notre code du règlement intérieur. Imaginez-vous que la gestion procédurale du temps a fait que nous n’avons eu pratiquement que onze jours de travaux. Un jour pour l’ouverture, un jour pour la conférence des présidents, un jour pour la plénière pour l’adoption du chronogramme, un jour pour la clôture. Mais, nous avons pu examiner et adopter le code électorale, le code des collectivités et nous avons mis en procédure d’urgence la loi organique sur la restructuration de la Cour Suprême qui a perdu sa chambre constitutionnelle.

Mon sentiment est mitigé. Il y a un groupe parlementaire, l’alliance républicaine, qui ne s’est pas associé au vote du code électoral pour des raisons politiques. J’aurais préféré que ça soit une loi d’un commun accord. Mais, comme une loi est toujours dynamique, nous verrons un jour comment il faut l’améliorer pour en faire une loi de consensus pour que tout le monde y adhère.

Honorable Ousmane Gaoual Diallo, député de l’UFDG

Disons que cette session marque une mention particulière pour le président de l’UFDG qui a su avec sérénité garder le cap et optimisme. Il n’a pas ménagé ses efforts pour amener les uns et les autres à cet aboutissement de la mise en place du cadre juridique qui manquait pour l’organisation des élections locales.

Ça, c’est très important. Maintenant, il faut aller de l’avant. C’est un premier pas. Il reste beaucoup d’autres pas. La publication d’un chronogramme et dans la mesure du possible la tenue des élections législatives, communale et locales, avant le début de la saison des pluies. Maintenant, la chose n’est pas aisée, notre pays ne connait pas ce type d’élection, le gouvernement n’a toujours pas la bonne foi. Il faut donc rester extrêmement vigilant.

Honorable Aboubacar Soumah député uninominal de l’UFDG à Dixinn

J’avoue que cette session extraordinaire n’a pas atteint son but visé parce que sur six projets de lois programmés, nous n’avons pu voter environ que trois. Le temps est court, nous n’avons pas pu examiner de façon responsable tous les textes. J’avoue que ce n’est pas fameux ; mais, nous continuons notre combat.

Propos recueillis et décryptés par Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin