Sinkoun Camara sur les relations guinéo-marocaines et l’autorisation de ratification de la convention minière de Mandiana

Comme on le sait, ce vendredi 24 février 2017, l’Assemblée nationale a donné l’autorisation de la convention minière de la société des mines de Mandiana. Au terme des travaux, Guineematin.com a tendu son micro au Président de la Commission Industrie, commerce, mines, hôtellerie, tourisme et artisanat, Honorable Abdourahmane Sinkoun Camara, pour plus d’informations pour ses lecteurs.

En sa qualité de spécialiste des questions minières, l’Honorable Camara est revenu la genèse de ce projet et les objectifs de la société minière de Mandiana ainsi que des capacités techniques et financières de l’ANAGEM avant de conclure par exprimer son immense satisfaction quant à l’excellence des relations Guinéo-marocaines.

Honorable Abourahmane Sinkoun Camara : Je suis très fier ce matin pour avoir travaillé sur ce dossier d’exploitation des mines d’or de Mandiana pour aboutir à cette autorisation d’autorisation de ratification de la convention pour la société minière de Mandiana. Je le dis par ce que Mandiana est zone déshéritée, une zone de pauvreté qui manque cruellement d’activités économiques créatrices d’emploi et de revenus. A travers ce projet, Mandiana bénéficiera d’un investissement de 120 millions de dollars américains sur trois ans.

Comment ce projet est né ?

La société minière de Mandiana est née du travail laborieux d’une toute petite société du nom de Vega mining qui est une filiale de la société AVOCET mining PLC (de droit britannique).

Ils ont achevé leurs travaux de recherches, présenté les résultats et bénéficié d’un permis d’exploitation au Ministère des mines et de la géologie avant de présenter les résultats de leurs travaux d’études d’impact environnemental et sociétal. Mais après, ils n’avaient plus de ressources pour continuer et mettre en exploitation ce gisement. C’est ainsi que le Ministère des mines et de la géologie à travers la SOGUIPAMIE (société guinéenne du patrimoine minier), a mis en contact le groupe MANAGEM (de droit marocain) et AVOCET. Finalement, après une vérification des travaux de recherches les deux partenaires ont décidé de créer une société dénommée Société Minière de Mandiana (SMM).

Les objectifs de la SMM

Cette société a deux objectifs :

Le 1er, c’est d’exploiter la partie oxydée du minerai d’or sulfureux  dont les réserves sont estimées à plus de 700 mille onces.

Le second objectif est de poursuivre les travaux de prospection et de recherches et d’exploiter la partie vierge de la roche primaire qui sera une exploitation souterraine. Ça, c’est une première en République de Guinée.

Capacité techniques et financières de la MANAGEM

Elle est créée depuis 1829. C’est une très vieille société et dispose de plusieurs industries modernes de transformation du minerai polymétallique. Nous avons eu le privilège à travers la SOGUIPAMI d’aller au Maroc visiter ces installations. Nous avons vu que ces industries sont réalisées par des Marocains et pas un seul expatrié ne travaille dans ces industries. Nous avons visité un laboratoire de pointe qui analyse tous les aspects des ressources minières et géré également par des Marocains. C’était pour moi, un très bel exemple. En Guinée, après 60 ans, malgré notre vocation minière incontestable, nous n’avons pas une seule mine conçue et exploitée par de Guinéens et le minerai vendu à l’extérieur. Nous devons avoir cette ambition.

Autres performances de l’ANAGEM

Nous avons pu voir d’importantes choses. Dans les gisements qu’ils sont entrain d’exploiter le zinc, ils ont du cuivre, du plomb et de l’argent. Ils procèdent à l’exploitation du résidu. Ils trouvent par tonne, 0.5 à 1 g de plomb qu’ils récupèrent.

Imaginez avec la CBK, le minerai contient 15% de fer. Cela par ignorance par ce qu’on n’a pas un laboratoire d’analyse qui peut prendre attache à la société et procéder à l’analyse du minerai comme il se doit. Nous perdons donc des milliards de dollars.

En plus l’ANAGEM a 5000 employés et un chiffre d’affaires de plus de 450 millions de dollars américains.

Des relations entre la Guinée et le Royaume du Maroc

Depuis l’indépendance de notre pays, le Maroc entretient avec nous des relations privilégiées. Que ce soit avec le Roi Mohamed V, le Roi Hassane II et maintenant le Roi Mohamed VI. Tous ces souverains ont développé des relations cordiales et d’amitié entre nos deux Etats.

A l’occasion de sa visite de deux jours dans notre pays, le souverain Marocain, Mohamed VI est arrivé à Conakry avec cinq avions. Cela démontre toute l’importance  que le Royaume marocain accorde à la Guinée. Depuis notre indépendance, six mille guinéens ont été formés au Maroc. Dans le domaine de la santé, combien de nos compatriotes sont soignés chez eux, c’est des milliers. Sur le plan militaire, combien de militaires sont formés, beaucoup ! Sur le plan des finances, ils ont crée une banque chez nous. C’est donc pour moi une immense satisfaction et une profonde joie que des Africaines travaillent ensembles pour développer leurs ressources minières. Sur le plan politique tout comme sur le plan économique, social et culturel, nous sommes appuyés par le Maroc. Donc pour moi, cette journée du 24 février 2017, qui coïncide en même temps à l’adoption de cette convention à la visite du souverain Chérifien, est une journée mémorable pour nos deux Etats.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS