De nombreux enseignants admis au concours de recrutement à la fonction publique ont quitté Conakry pour l’intérieur du pays. Nombre d’entre eux exerçaient déjà dans certaines écoles privées de Conakry. Ainsi, leur départ a créé un vide dans ces écoles où on essaie aujourd’hui de colmater les brèches ouvertes en pleine année scolaire, a constaté un reporter de Guineematin.com qui a fait le tour certaines de ces écoles. 

Ce lundi 27 février 2017, de nouvelles têtes sont apparues dans certaines écoles privées de Conakry. Une situation due au départ de nombreux enseignants pour l’intérieur du pays. Mais, cela n’a pas été facile de trouver des « remplaçants » à ces enseignants partis sous d’autres cieux.

Au complexe scolaire « Bill Clinton » de Koloma 1, dans la commue de Ratoma,  ce sont sept (7) enseignants qui ont été mutés à l’intérieur du pays ! C’est en tout cas ce qu’a dit à Guineematin.com monsieur Baldé Mohamed, directeur des études.

« Il y a 7 professeurs qui ont eu le test et qui ont été mutés. Il y avait un vide certes, mais qu’on a pu  combler. On avait un plan B depuis le mois de septembre puis qu’on savait que ça devait arriver. Pendant les vacances, des enseignants avaient déposé des demandes ici pour intégrer notre école. Comme on n’avait pas pu prendre tout le monde, on a rappelé certains qui sont venus. Actuellement, ils sont sous observation, surtout que les cours n’ont repris que ce lundi (27 février 2017, ndlr) par ici. S’ils parviennent à convaincre, on les maintient. Au cas contraire, nous serons tenus de revoir la situation », a expliqué le directeur des études, Baldé Mohamed.

Même son de cloche à l’école privée « Miod Bowall », à Koloma 2. Le directeur général de ladite école, Mamadou Kana Diallo, a reconnu avoir été confronté à ce départ en de certains de ses enseignants pour l’intérieur du pays. Mais, précise-t-il, le problème est en passe d’être réglé. « Sur les 54 enseignants de mon école, 8 sont admis et  6 ont été affectés à l’intérieur du pays. Pour y faire face, nous avons cherché à voir au niveau du corps enseignant, ceux qui avaient la disponibilité et la compétence requise pour prendre les cours des partants. Certains ont rempli ces deux critères et nous leur avons aussitôt donné les heures des leurs collègues qui sont allés. Mais, on avait toujours un manque à gagner de 4 heures. C’est ainsi que les partants nous ont recommandé des enseignants qu’ils connaissaient. Ils sont là et nous avons commencé avec eux. Nous allons les observer pour voir ce que cela va donner », a expliqué monsieur Kana Diallo.

Au complexe scolaire « Safia Ecole », situé au quartier Cosa, dans la commune de Ratoma, ce sont 5 enseignants qui sont concernés par ce départ. Mais, le directeur général, Mamadou Malal Diallo, a su « anticiper », a-t-il dit à notre reporter. « On était déjà préparé à ce scénario. On savait que certains allaient partir.  Sur les 5 enseignants, il y a 4 qui sont mutés à l’intérieur. Dès la proclamation des résultats en fin décembre, on s’est mis à la tâche et on a trouvé d’autres enseignants. C’est des gens qui ont évolué ici ou qui sont dans d’autres écoles et qui sont habitués à enseigner. C’est le cas de monsieur Saliou Touré, qui dispense les cours de Français dans les classes 10ème année. Il était là dans les temps et son retour a été bien fêté par les élèves qui le connaissent déjà. Les autres aussi, nous sommes entrain de les suivre. Et s’ils donnent satisfaction, nous allons les maintenir », a expliqué le directeur général.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin