La circulation routière de la cité de Karamoko Alpha Mo Labé a changé d’apparence ce mercredi 1er mars 2017. Désormais, les conducteurs et passagers des engins à deux roues munis d’un moteur thermique sont contraints à porter des casques sur les différentes voix publiques de Labé.

A défaut, ils assisteront à l’immobilisation de leur engins avant d’être soumis au paiement d’une contravention de la troisième classe du code de la route fixée à 15 000 GNF et au paiement des frais de fourrière de 15 000 fg par jour, a appris Guineematin.com via sa correspondante basée dans la préfecture.

Cette décision imposant le port obligatoire des casques aux conducteurs et passagers des engins à deux roues munis d’un moteur thermique est une résultante d’un arrêté ministériel signé par le ministre d’Etat chargé des transports. Lors de son dernier passage dans la cité de Labé, le ministre Oyé GUILAVOGUI a déploré le non port des casques dans une grande ville telle que Labé. C’est donc ce constat qui aurait conduit à la publication de l’ arrêté ministériel portant sur le port obligatoire des casques.

Ce mercredi 1er mars 2017, une équipe mixte composée des agents de la police routière, du commissariat central et de la sûreté, a été déployée ce mercredi au niveau des grands carrefours de la ville « Avant ce déploiement, des campagnes de sensibilisation ont été menées à travers les radios pour que les citoyens ne soient pas surpris. nous avons reparti les agents au niveau des grands carrefours, comme les carrefours Tinkisso, Sassè et celui de la Banque centrale. Actuellement, je vous dirai que la majorité des conducteurs sont munis de leurs casques », indique Commandant Tidiane Sanoh, commissaire de la police routière.

Cette première phase du port obligatoire des casques concerne l’ensemble des conducteurs de moto de la préfecture. La seconde phase qui débuterait la semaine prochaine, s’appliquera aux conducteurs mais aussi aux passagers « Nous donnons encore une semaine pour la seconde phase qui va inclure aussi les passagers. La raison est que souvent pendant les accidents, ce sont les passagers de derrière qui reçoivent des chocs par la tête » annonce Commandant Sanoh.

Auparavant, une mesure similaire avait été prise par les autorités locales en commun accord avec le syndicat des transporteurs pour limiter le nombre d’accident de circulation. Malheureusement, la mesure n’a été que feu de paille. Cependant, le commissaire spécial de la police routière de Labé, rassure que cette fois-ci, rien ne fera dérouter cette nouvelle décision dans la mesure où elle émane d’un département ministériel. D’où prévient t’il, le combat pour sa pérennisation

De Labé, Yayé Aïssata Diallo pour Guineematin.com

Tél: (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin